Le libéral québécois blâme les conservateurs pour la violence, Legault demande à la police d’être prête

SHERBROOKE, Qc. – Le candidat libéral Marwah Rizqy a blâmé jeudi le chef du Parti conservateur du Québec, Éric Duhaime, pour le climat politique hautement chargé dans lequel les élus font l’objet de menaces et de violence.

Rizqy dit qu’elle a reçu des menaces de mort et que la semaine dernière un homme a été accusé de la harceler. Le suspect aurait appelé la police pour dire qu’il l’avait assassinée et leur aurait donné le nom d’une rue où son corps pourrait être retrouvé. Il a été arrêté et relâché, malgré l’opposition de la Couronne. Et plus tôt cette semaine, le bureau de circonscription du libéral Enrico Ciccone à Montréal a été vandalisé et volé.

En réponse à la violence, le chef de la Coalition Avenir Québec, François Legault, a déclaré qu’il avait demandé à la police provinciale du Québec de se mettre à la disposition des candidats qui se sentent menacés ou inquiets pour leur sécurité.

Lors d’un arrêt de campagne à Sherbrooke, au Québec, M. Rizqy a déclaré que M. Duhaime est à blâmer pour le climat politique violent parce qu’il a déclaré en juin dernier que l’objectif de son parti était d’amener le mécontentement des électeurs à l’assemblée législative.

« Si votre héritage démocratique consiste à canaliser la haine, la colère, c’est un très mauvais héritage ; peut-être devriez-vous reconsidérer les raisons pour lesquelles vous voulez entrer dans la législature », a-t-elle dit.

Plus tard à Montréal, M. Duhaime s’est dit déçu par les commentaires de Mme Rizqy, ajoutant que les bénévoles de son parti ont également été menacés à la pointe du couteau et que les politiciens de tous bords font face à la haine. M. Duhaime a fait remarquer qu’il avait exprimé son soutien à Mme Rizqy, mais il a ajouté que ses commentaires avaient « dépassé les bornes ».

Lire aussi:  Québec solidaire est le choix préféré des jeunes de la province, mais voteront-ils ?

« Je comprends que ce sont les élections et que les choses ne vont pas très bien avec le parti libéral, mais je pense que c’est un terrain très glissant et je recommande la prudence », a-t-il dit.

Sur la question de l’apport du mécontentement à la législature, M. Duhaime a déclaré que son parti essaie de canaliser la colère des gens contre le gouvernement – en particulier en ce qui concerne les restrictions COVID-19 – en un mouvement positif. Il a dit que les gens qui ne sont pas d’accord avec le premier ministre Legault et la CAQ méritent une voix dans la ville de Québec.

« Ils ont été victimes de certaines mesures (COVID-19) et ces gens ont perdu leur emploi, ont vu leurs enfants abandonner l’école, ont eu des problèmes de santé mentale », a-t-il dit.

« Ces personnes ont été oubliées ; elles ont été mises de côté et elles ont eu le sentiment qu’il y avait un consentement unanime à la (législature) et que leur voix n’a pas été entendue. »

Plus tard jeudi, Legault a publié une vidéo de 15 secondes sur les médias sociaux appelant au calme. « Malheureusement, nous avons vu des menaces au cours des derniers jours contre des candidats. Ce n’est pas le Québec que nous voulons. Et nous avons tous la responsabilité de ne pas attiser la colère. Alors, s’il vous plaît, soyons prudents. »

Le co-porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois, s’est dit préoccupé par le fait que le climat politique ressemble de plus en plus à celui des États-Unis. « Je vois des idées circuler au Québec qui me font peur, a-t-il dit.

Lire aussi:  Le Français Benoît Cosnefroy remporte le Grand Prix Cycliste de Québec

Le chef du Parti Québécois, Paul St-Pierre Plamondon, s’est dit ouvert à collaborer avec les autres partis pour assurer une démocratie « respectueuse et sécuritaire ».

Rizqy, quant à elle, a demandé que les élus soient équipés d’un bouton de panique électronique pour les urgences. Elle a ajouté qu’elle se sentait injustement pénalisée, la police provinciale lui ayant conseillé de ne pas faire campagne et à son personnel de rester à l’écart de son bureau de circonscription.

« Attaquer un membre (de l’assemblée législative), c’est attaquer la démocratie », a-t-elle déclaré. « Trop, c’est trop ».

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 1er septembre 2022.

– avec des fichiers de Sidhartha Banerjee à Montréal.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*