Élection au Québec : Le parti libéral affirme que le bureau d’un candidat à Montréal a été volé et vandalisé

MONTRÉAL – Le Parti libéral du Québec affirme que le bureau de circonscription d’un de ses candidats à Montréal a été volé et vandalisé.

Le parti affirme que les présumés agresseurs ont brisé le mur d’un commerce voisin pour entrer dans le bureau d’Enrico Ciccone dans la nuit de mardi à mercredi.

Le parti affirme que les auteurs ont volé des ordinateurs portables, se sont introduits dans des classeurs fermés à clé et ont causé d’importants dégâts matériels, ajoutant que des images ont été prises par les caméras de sécurité du bureau.

Ciccone, qui représente la circonscription de Marquette, dans l’ouest de Montréal, depuis 2018, a déclaré avoir reçu des menaces de mort par téléphone ces derniers jours, bien qu’il ne soit pas clair si les incidents sont liés.

L’ancien joueur de hockey de la LNH a déclaré dans un communiqué qu’il était attristé par cette attaque et qu’il s’inquiétait pour son personnel et le public.

La chef libérale Dominique Anglade a dénoncé l’incident dans un message sur les médias sociaux, affirmant que la violence, les menaces et l’intimidation ne devraient pas avoir leur place dans la société québécoise.

Plus tard, elle a déclaré aux journalistes qu’elle n’avait pas personnellement reçu de menaces mais qu’un autre candidat libéral, Marwah Rizqy, en avait reçu.

« Je ne peux pas imaginer le niveau d’anxiété qui entoure tout cela « , a-t-elle dit aux journalistes, en précisant que Rizqy est enceinte.

Selon elle, la violence soulève la question de savoir s’il faut renforcer la sécurité des politiciens en campagne, compte tenu du climat politique tendu.

Lire aussi:  Les Alouettes rebondissent grâce à une première mi-temps impressionnante et remportent une victoire de 31-10 sur les Lions.

Ce reportage de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 31 août 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*