Les actions de la Banque Laurentienne en baisse en raison de la chute des bénéfices et de la détérioration des marges bénéficiaires sur les prêts

MONTRÉAL – Les actions de la Banque Laurentienne du Canada ont clôturé en baisse de plus de 10 % mercredi, la banque ayant annoncé une baisse de ses bénéfices trimestriels causée par des provisions pour créances douteuses, tandis que la diminution des marges bénéficiaires sur les revenus d’intérêt et la baisse des prêts personnels ont également pesé.

La banque basée à Montréal a déclaré un bénéfice net de 55,9 millions de dollars pour son troisième trimestre, en baisse par rapport aux 62,1 millions de dollars du même trimestre de l’année dernière, car elle a mis de côté 11,2 millions de dollars de plus au cours du trimestre que l’année dernière pour les mauvais prêts en raison de la détérioration des perspectives économiques.

« L’environnement macroéconomique continue d’être incertain et volatil, et est plombé par une inflation élevée, des augmentations très rapides des taux d’intérêt et des tensions géopolitiques », a déclaré la directrice générale Rania Llewellyn lors d’une conférence téléphonique sur les résultats mercredi.

Malgré les pressions économiques, la banque prévoit toujours d’atteindre ses objectifs financiers pour l’année, a déclaré Mme Llewellyn, grâce à l’impulsion de sa division commerciale qui a vu ses prêts augmenter de 29 % par rapport à l’année précédente.

« Les résultats ont été principalement portés par la conversion de notre solide pipeline non financé dans le portefeuille de construction pour soutenir les segments multi-résidentiels, alors que les promoteurs continuent de rattraper la pénurie structurelle de l’offre sur certains marchés. »

Cependant, l’augmentation des prêts commerciaux a également exercé une pression sur les niveaux de capital que la banque doit conserver, le ratio des exigences de capital de la banque par rapport aux actifs ayant baissé au cours du trimestre à 9,1 %, contre 10,3 % il y a un an.

Lire aussi:  La santé publique de Montréal enquête sur un cas "probable" de variole du singe chez un enfant

La marge d’intérêt nette de la Laurentienne, une mesure clé de la rentabilité des prêts, a également baissé de quatre points de base au cours du trimestre malgré la hausse des taux d’intérêt, les deux tendances à la baisse étant un signe d’inquiétude pour certains analystes.

« Dans l’ensemble, nous considérons ce résultat comme négatif étant donné les 4 points de base de pression séquentielle sur les marges dans un environnement de hausse des taux, et le fait que le ratio CET1 de la banque continue de baisser », a déclaré Meny Grauman, analyste de la Banque Scotia.

Il a déclaré que la banque a cependant dépassé ses attentes en ce qui concerne le bénéfice par action en espèces, tandis que la rentabilité ajustée globale de la banque n’a été que légèrement inférieure aux attentes des analystes.

La banque a déclaré que son bénéfice ajusté s’élevait à 1,24 $ par action diluée au cours de son dernier trimestre, en baisse par rapport à un bénéfice ajusté de 1,25 $ par action diluée il y a un an, alors que les analystes avaient prévu en moyenne un bénéfice ajusté de 1,25 $ par action, selon les estimations compilées par la société de données sur les marchés financiers Refinitiv.

Les actions de la banque ont clôturé en baisse de 4,14 $, soit 10,3 pour cent, à 35,98 $ à la Bourse de Toronto, après avoir chuté jusqu’à 35,83 $.

Le revenu global a atteint 260 millions de dollars, contre 254,9 millions de dollars au troisième trimestre de 2021, grâce à l’augmentation des prêts commerciaux, tandis que les prêts hypothécaires résidentiels ont augmenté de 1 % par rapport à l’année précédente et que les prêts personnels ont diminué de 10 %.

Lire aussi:  QuickSketch : Un regard sur le porte-parole de Québec solidaire, Gabriel Nadeau-Dubois

Les dépenses ajustées sont restées stables par rapport à l’année dernière, les salaires ayant augmenté tandis que les dépenses immobilières et technologiques ont diminué. La banque a indiqué que son ratio d’efficacité, qui mesure dans quelle mesure la banque transforme les dépenses en bénéfices, s’est amélioré par rapport à l’année dernière sur une base ajustée, mais reste supérieur à celui des autres banques.

« Nous continuons à redéployer le capital, conformément à notre plan stratégique visant à soutenir une croissance organique rentable et durable », a déclaré M. Llewellyn.

Ce rapport de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 31 août 2022.

Entreprises dans cette histoire : (TSX : LB)

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*