Le Québec va investir 250 millions de dollars pour embaucher davantage de policiers à Montréal et réduire la violence armée

MONTRÉAL – Le gouvernement du Québec dépensera 250 millions de dollars au cours des cinq prochaines années pour aider Montréal à embaucher plus de policiers et à combattre la violence armée, a déclaré samedi la ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault.

Mme Guilbault a déclaré lors d’une conférence de presse que les 45 millions de dollars par an permettront à la ville d’embaucher jusqu’à 225 agents supplémentaires.

La Ville de Montréal avait déjà budgétisé de son côté un montant similaire, portant le nombre total maximum de nouveaux agents à 450. Samedi, la ville a également annoncé qu’elle engagerait 25 millions de dollars de son propre budget sur cinq ans pour renforcer les équipes mobiles d’intervention en cas de crise qui travaillent avec les résidents vulnérables.

À la suite de plusieurs fusillades très médiatisées, « les Montréalais ont besoin de sentir une présence policière accrue dans nos rues, dans nos parcs, un peu partout sur le territoire de la métropole », a déclaré M. Guilbault, ajoutant que 72 places supplémentaires ont été ouvertes à l’académie de police de la province pour augmenter le nombre de nouvelles recrues.

En plus de l’embauche de policiers, M. Guilbault affirme que la ville et la province partageront également le coût de l’embauche de 100 autres travailleurs sociaux qui pourront aider à répondre aux appels en matière de santé mentale, allégeant ainsi le fardeau de la police.

La maire de Montréal, Valérie Plante, a déclaré que 30 % des appels au 911 dans la ville sont liés à la santé mentale.

Montréal a dû faire face à une série de fusillades très médiatisées, notamment le meurtre en plein jour de deux hommes en moins d’une heure plus tôt cette semaine.

Lire aussi:  L'ancien secondeur Hébert prendra sa retraite comme membre des Alouettes de Montréal

Bien que la ville ait l’un des taux d’homicide les plus bas du Canada, les partis politiques ont commencé à faire de la violence armée un sujet de la campagne électorale du Québec – qui commence officiellement dimanche – et le syndicat de la police utilise les crimes très médiatisés pour pousser la ville à engager plus d’agents.

La Fraternité des policiers et policières de Montréal a envoyé une lettre à Plante plus tôt cette semaine, affirmant que depuis que le maire a promis en novembre dernier d’embaucher 250 agents supplémentaires, le nombre de policiers dans la ville a diminué de 72.

Plante, pour sa part, a déclaré que toute accusation selon laquelle elle ne soutient pas les forces de police de la ville est fausse.

Alors qu’elle a promis samedi de ne ménager aucun effort pour combattre la violence armée, elle a déclaré que la ville a un pouvoir limité pour arrêter le trafic d’armes.

Elle a appelé le gouvernement fédéral à prendre davantage de mesures pour contrôler le flux d’armes à feu à la frontière canado-américaine, ainsi qu’à agir contre les armes dites « fantômes » fabriquées avec des imprimantes 3D.

Ce rapport de la EssonneInfo a été publié pour la première fois le 27 août 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*