La mère d’un Québécois tué en Ukraine raconte au service commémoratif que son fils était un héros

MONTRÉAL – La mère d’un Québécois qui a été tué le mois dernier en Ukraine en combattant les forces russes a déclaré vendredi, lors d’un service commémoratif, que le « courage et le grand cœur » de son fils faisaient de lui un héros.

Marie-France Sirois a déclaré lors d’un service à Montréal que son fils Émile-Antoine Roy-Sirois et trois autres soldats volontaires étrangers sont morts ensemble sous les bombardements dans la région de Donbas en Ukraine le 18 juillet.

« Ils sont morts en héros, en se soutenant mutuellement jusqu’au bout et en partageant les mêmes convictions », a déclaré Mme Sirois à la foule réunie à la paroisse ukrainienne de l’Assomption de la Sainte Vierge à Montréal.

« La volonté de protéger les femmes et les enfants et de dénoncer l’injustice faisaient partie de l’ADN de mon fils, je ne suis pas le premier à le dire ».

Mme Sirois a décrit son fils de 31 ans comme une personne gentille, drôle et généreuse qui a ressenti « un appel qu’il ne pouvait ignorer » pour rejoindre les forces combattant en Ukraine. Elle l’a décrit comme une sorte de « chevalier philosophe » aux valeurs chevaleresques rappelant une autre époque.

« Émile voulait faire la différence et je crois qu’il a réussi », a-t-elle déclaré.

« C’est un héros pour son courage et son grand cœur, mais ce qui me réconforte le plus, c’est que je sais qu’il a été heureux jusqu’au bout, en agissant à la hauteur de ses convictions. »

Une urne en argent et un casque militaire portant le nom d' »Émile » étaient posés sur une table à l’avant de l’église. Deux portraits encadrés étaient également posés sur la table, qui était flanquée de tournesols jaune vif.

Lire aussi:  Élections au Québec : Legault ne publiera pas l'étude sur le projet de troisième lien Québec-Lévis

Sirois a reçu une ovation de la foule rassemblée sur les bancs, dont plusieurs portaient des vêtements ukrainiens traditionnels ou des drapeaux québécois, canadiens ou ukrainiens.

Eugène Czolij, le consul honoraire d’Ukraine à Montréal, a déclaré à la foule que Roy-Sirois était mort en héros après avoir tenté de sauver un collègue blessé.

« Sachez que les héros comme votre fils Émile-Antoine ne mourront jamais, car leur souvenir reste éternel », a-t-il dit à la mère de Roy-Sirois et aux autres membres de sa famille.

Il a déclaré dans une interview que le service avait été organisé pour que la famille Roy-Sirois ressente la gratitude des Ukrainiens vivant à Montréal.

M. Czolij a déclaré que son organisation a aidé à rapatrier les restes du combattant de l’Ukraine à temps pour le service.

Arsenii Pivtorak, 19 ans, a déclaré avant le service qu’il ne connaissait pas Roy-Sirois, mais qu’il voulait le remercier d’avoir défendu l’Ukraine. Pivtorak a déclaré qu’il avait également voulu aller combattre aux côtés de son cousin et d’autres membres de sa famille, mais qu’il n’avait pas pu le faire en raison de ses obligations professionnelles et scolaires.

« Voir un étranger, qui n’a aucun lien avec l’Ukraine, sacrifier sa vie pour mon peuple, pour la liberté, le moins que je puisse faire est de venir ici », a-t-il déclaré à l’extérieur de l’église.

Michael Shwec, chef de la branche québécoise du Congrès ukrainien canadien, a déclaré que Roy-Sirois entrerait dans l’histoire comme un « héros de l’Ukraine ».

« Nous avons un dicton en ukrainien qui dit que les héros ne meurent jamais », a-t-il dit. « Donc son nom, son héritage passeront à l’histoire ».

Lire aussi:  Après une semaine d'absence tourbillonnante, les Alouettes cherchent à démarrer à domicile contre les Redblacks.

Shwec a déclaré qu’il est important pour le Canada de continuer à soutenir l’Ukraine alors que la guerre passe d’un sprint à un marathon, mais a découragé les volontaires individuels qui se rendent à l’étranger pour combattre.

« L’Ukraine ne demande pas de soldats étrangers », a-t-il dit. « Ce qu’ils demandent, ce sont des armes, et c’est ce que nous continuons à demander au gouvernement. »

Czolij dit qu’il sait que d’autres Canadiens se battent en Ukraine, mais il ne sait pas combien ont rejoint les forces du pays contre la Russie.

Affaires mondiales Canada n’a pas répondu à une question sur le nombre de Canadiens qui ont été tués ou blessés en Ukraine, mais a exhorté les citoyens à éviter de se rendre dans ce pays.

« Il existe un risque élevé pour la sécurité en Ukraine, en particulier si l’on s’engage dans un combat actif, et notre capacité à fournir des services consulaires est sévèrement limitée », a déclaré un porte-parole du ministère dans un courriel.

Le ministère des Affaires mondiales a exhorté les Canadiens qui se trouvent en Ukraine à quitter le pays s’ils peuvent le faire en toute sécurité, et à s’abriter sur place si ce n’est pas possible.

Ce reportage de La EssonneInfo a été publié pour la première fois le 27 août 2022.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*