Chelsea a dépensé beaucoup mais le verre semble à moitié vide à la fin de la période des transferts.

Au moment même où Timo Werner inscrivait son triplé pour le RB Leipzig, Chelsea, qui a vendu l’attaquant le mois dernier, perdait son avance à Southampton.

Des coïncidences malheureuses comme celle de mardi ont tendance à traquer le club londonien, un endroit où les footballeurs vont et viennent fréquemment, avec une tendance à améliorer leur forme après avoir quitté Stamford Bridge.

La liste est longue et notoire. Cet été, cela fera dix ans que Kevin de Bruyne a été expédié pour la première fois. Cela fait neuf saisons que Mohamed Salah a été recruté, pour être ensuite marginalisé puis licencié.

Chelsea n’aura peut-être pas les mêmes regrets à propos de Werner, même si, deux saisons après avoir rejoint Chelsea en provenance de Leipzig, il a fait de son retour en Allemagne de l’Est un billet pour une satisfaction immédiate.

Werner a inscrit quatre buts en quatre matches depuis qu’il a rejoint son ancien employeur, même si, il faut bien l’admettre, les trois buts inscrits mardi en 24 minutes de première mi-temps l’ont été lors d’une victoire 8-0 en Cup contre le Teutonia Ottensen, club de quatrième division.

Werner finira peut-être par regretter le rythme effréné de la Premier League, mais il sera soulagé de ne pas faire partie de la liste des coupables de Chelsea, à commencer par le manager Thomas Tuchel.

Après que Chelsea a concédé un avantage pour la troisième fois en cinq matches de Premier League, perdant 2-1 à Southampton, Tuchel a qualifié à plusieurs reprises la performance de « molle ». Il a dit aux joueurs, via un briefing d’après-match enflammé après la deuxième défaite de la courte campagne jusqu’à présent : « Endurcissez vous. C’est trop facile de nous faire sortir de nos gonds ».

Pourtant, beaucoup d’argent a été investi par les propriétaires qui n’ont acheté le club qu’en mai, un achat soumis à des sanctions en raison des liens perçus de l’ancien patron Roman Abramovich avec le gouvernement russe.

Lire aussi:  Moyennes des séries de tests entre l'Angleterre et l'Inde : Root, Bumrah, Kohli - en images

A la clôture de la fenêtre de transfert de jeudi, Chelsea pourrait bien finir par afficher la plus grosse dépense globale d’un marché estival au cours duquel la Premier League aura établi de nouveaux records pour le total des indemnités de transfert sortantes.

Wesley Fofana a été confirmé mercredi comme un autre nouveau joueur de Chelsea, son transfert de 70 millions de livres en provenance de Leicester City faisant de lui le quatrième défenseur le plus cher de l’histoire du jeu et portant les dépenses globales du club à la fin de la saison à plus de 250 millions de livres.

Pourtant, au cours d’un été agité, Chelsea s’est également montré tendre. Dans les limbes entre les propriétaires, Antonio Rudiger a laissé son contrat expirer et a rejoint les champions européens du Real Madrid.

Andreas Christensen, un autre défenseur central, est également parti gratuitement pour rejoindre le FC Barcelone, qui a secoué le marché plus que n’importe quel club en dehors de l’Angleterre et a croisé la route de Chelsea plus souvent que Tuchel ne l’aurait souhaité.

L’une des cibles privilégiées pour combler les vides laissés par les départs de Rudiger et Christensen avait été Jules Kounde, mais il a choisi de quitter Séville pour le Camp Nou plutôt que pour Stamford Bridge.

Marcos Alonso, l’expérimenté arrière gauche, était entre-temps courtisé par le Barça et, après une longue saga de proposition d’accord, il s’apprête à mettre fin à son séjour de six ans à Londres pour rejoindre le FC Barcelone, où son père a joué dans les années 1980.

150 transferts d’été

Barcelone a également couru après Cesar Azpilicueta, le capitaine de Chelsea s’étant finalement engagé à rester à Londres. Chelsea est en discussions avancées pour Pierre-Emerick Aubameyang du Barça et a sondé le club catalan, où la rotation des transferts a été mouvementée, au sujet de Frenkie de Jong.

Lire aussi:  Sumo : l'ancien yokozuna Hakuho organisera une cérémonie de départ à la retraite en janvier

L’option Aubameyang a trouvé la faveur de Tuchel, qui a entraîné l’attaquant au Borussia Dortmund, et du joueur lui-même. Mais un accord a été compliqué par des facteurs tels que la durée du contrat – Aubameyang a 33 ans – le prix et la possibilité ou non de négocier un prêt, le FC Barcelone étant soucieux de réduire sa masse salariale.

Lundi soir, un incident terrifiant a également eu lieu dans la maison familiale d’Aubameyang, juste à l’extérieur de Barcelone. Des cambrioleurs, apparemment armés, ont fait irruption, menaçant le joueur et sa femme alors que leurs enfants étaient dans la maison. Aubameyang aurait été blessé au visage, ce qui, outre l’expérience choquante, l’empêchera de jouer pendant plusieurs semaines.

Après avoir vendu Werner pour moins de la moitié des 53 millions d’euros qu’ils ont payés pour lui en 2020, et prêté Lukaku à l’Internazionale, dont il a été signé pour près de 100 millions d’euros en 2021, Tuchel veut des renforts offensifs au-delà de Raheem Sterling, qui a signé en provenance de Manchester City en juillet et dont les trois buts jusqu’à présent sont les seuls inscrits par un attaquant de Chelsea cette saison.

« Raheem n’est qu’un seul joueur et en tant qu’équipe, nous ne sommes pas assez forts en ce moment », a déclaré Tuchel, anticipant des dernières 24 heures chargées avant la fermeture de la fenêtre de transfert.

« Nous devons trouver des solutions. Ce qui va nous aider, c’est la fermeture de la fenêtre des transferts. Nous saurons alors qui s’engage pleinement, ce que nous exigeons, quel rôle chacun doit remplir. Et alors tout le monde, y compris moi-même, devra passer à un nouveau niveau de performance. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*