Les pièges de l’Atlas : Action-Highlight à la Gamescom 2022 – malgré du sable dans les rouages

Atlas Fallen : pour nous, la plus grande surprise de la gamescom 2022. Nous nous sommes entretenus avec le développeur allemand Deck13 et avons révélé les possibilités de ce RPG d’action.

Cologne – Dark Souls est mort, vive Atlas Fallen. C’est ce que nous nous sommes dit en découvrant, pendant la gamescom 2022, la première bande-annonce du nouveau jeu du développeur allemand Deck13. Ces dernières années, les Soulslikes bien lourds faisaient partie des compétences clés du studio de Francfort. Mais c’est raté. Car Atlas Fallen ne s’appuie pas sur la formule Souls si populaire actuellement. Au lieu de cela, Deck13 nous envoie dans le désert. Nous vous dévoilons dans notre aperçu pourquoi il n’en résulte pas un Action-RPG aride, mais plutôt un jeu ambitieux et rafraîchissant.

Atlas Fallen : Un Action-RPG qui fait bouger la gamescom 2022 – et avec du sable !

La gamescom a toujours été synonyme de surprises. Pour nous, l’annonce d’Atlas Fallen faisait définitivement partie des plus grandes de 2022. La bande-annonce en forme de bombe est sortie de nulle part et promettait de la mythologie, des monuments et du sable en masse. Après une présentation d’une trentaine de minutes du jeu et une interview intensive de deux des développeurs, nous en avons désormais la certitude. Avec ce nouveau titre, le marchand de sable Deck13 ne se contente pas de nous frotter de la saleté à gros grains dans les yeux, mais a dans ses cartons un Action-RPG finement tamisé et aux grandes ambitions.

En effet, Fallen Atlas tourne beaucoup autour de l’or du désert. Le héros sans nom, que nous pouvons construire de toutes pièces, utilise le sable sous toutes ses formes. Il en fait des monuments gigantesques et s’en sert pour forger ses trois armes emblématiques : Le marteau, la hache et une sorte de fouet. Mais ce n’est pas tout : alors que le commun des mortels se brûle les pieds dans le désert brûlant, le protagoniste de Pièges d’Atlas surfe nonchalamment de dune mobile en dune mobile. Nous l’avons affectueusement surnommé Surfing Jurgen.

Une femme et un homme se tiennent devant une ville du désert dans Atlas Fallen.

Nouvelle orientation pour Deck13 : Qu’est-ce que Atlas Fallen ?

Quel genre de jeu est Atlas Fallen ? Cette coolitude à gros grains qui se dégage d’Atlas Fallen au premier abord éclate dans une histoire qui se mesure à des calibres comme God of War ou Horizon Forbidden West. En clair : ça devient lourdement mythologique. Un dieu solaire presque surpuissant tient le monde d’Atlas Fallen dans son étau et le pays autrefois paisible est plongé dans le chaos et la destruction. Un système de castes rigide tient la société en échec et c’est justement Surfing Jürgen qui doit rétablir l’équilibre et rompre le charme du dieu du soleil.

Lire aussi:  A Plague Tale : Requiem en avant-première à la Gamescom - déjà un moment fort

Atlas Fallen nous envoie en tant que personne sans visage à travers cinq régions différentes. Toutes ne devraient d’ailleurs pas être aussi marquées par des déserts sablonneux que le suggère la première bande-annonce. Après The Surge 2, Deck13 a décidé de ne plus faire de Soulslike classique pour le moment. Au lieu de cela, le nouveau produit phare de l’éditeur de jeux allemand doit ressembler à un Action-RPG avec une histoire clairement définie, mais sans la boucle de gameplay parfois frustrante de la formule Souls. L’accessibilité est le maître mot.

Envie d’en savoir plus sur la Gamescom 2022 ? Par ici

Goat Simulator 3 : la simulation de chèvre la plus sérieuse du salon

Blacktail : Jeu d’action fantastique aux allures de Souls

Dead Island 2 : Interview du développeur – parle clairement de la violence

Park Beyond : Un parc d’attractions différent

A Plague Tale : Requiem – notre conclusion après 40 minutes

Nous n’avons malheureusement pas encore pu découvrir comment se joue Atlas Fallen au final. Les développeurs nous ont toutefois assuré que les combats rapides et verticaux joueraient un rôle important. Le système d’armes pourrait également y contribuer. Grâce à ses super-pouvoirs de sable, Surfing Jürgen peut en effet passer du marteau à la hache et au fouet en une fraction de seconde. Il peut ainsi enchaîner les combos plus longtemps que le désert de Gobi, et ce même en sautant d’un ennemi à l’autre dans les airs. Surfing Jürgen est un vrai fou furieux.

Particulièrement intéressant : il n’y aura pas plus que les trois armes mentionnées dans Atlas Fallen. La profondeur du jeu devrait plutôt provenir des nombreuses possibilités d’améliorer les armes, de les équiper d’avantages actifs et passifs et d’utiliser le système dit de « momentum ». À chaque attaque réussie, les armes de Surfing Jürgen deviennent ainsi un peu plus grandes, obtiennent de nouveaux mouvements et un nouveau look. Le résultat pourrait être un système de combat débordant de dynamisme.

Lire aussi:  Assassinat de Shinzo Abe : le génie créatif du jeu soudain désigné comme coupable
Une créature de sable se tient dans le désert d'Atlas Fallen.

Atlas Fallen : Voilà pourquoi c’est l’un de nos coups de cœur de la gamescom

Qu’est-ce qui nous a plu dans Atlas Fallen ? Le monde d’Atlas Fallen nous a immédiatement séduits. Des vastes déserts de sable aux monuments envahis par la végétation, en passant par les ruines gigantesques abandonnées par les dieux, les temples et les villes, tout était parfait dans la première bande-annonce. De plus, le monde du jeu devrait être régulièrement frappé par la colère du dieu solaire tyrannique sous la forme de tempêtes de sable et d’autres événements générés aléatoirement. Dans la première bande-annonce de gameplay, ces événements étaient si impressionnants que nous sommes impatients de nous faire souffler dans le nez une bonne dose de grains.

Une ville de sable dans Atlas Fallen.

Où Atlas Fallen a-t-il encore un potentiel non criblé ? Après moins de 30 minutes de présentation, il est bien sûr encore trop tôt pour porter un jugement éclairé sur le jeu. Mais le matériel présenté a déjà suscité chez nous des points d’interrogation sur un point. Pour l’instant, nous avons du mal à imaginer que le système de combat avec seulement trois armes différentes puisse être captivant à long terme. Atlas Fallen ne devrait nous occuper qu’entre 20 et 50 heures, selon le style de jeu, mais pendant ce temps, la diversité doit être au rendez-vous pour que le nouveau venu de Deck13 soit un succès.

Nous restons néanmoins optimistes, car Deck13 avait déjà pris un risque dans The Surge 2 avec le système de Dismantle, qui s’est avéré payant au final. Cette fonctionnalité innovante est rapidement devenue la favorite des fans. Il est donc bien possible que le développeur allemand ait encore quelques as de l’innovation dans sa manche poussiéreuse pour son nouveau projet.

Atlas Fallen devrait sortir en 2023 sur PS5, Xbox Series X, Xbox One et PC. Nous pensons qu’il s’agira d’un titre à prix complet.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*