Dans une interview accordée au journal Les Echos vendredi, le PDG d’Eiffage Pierre Bergé est revenu sur le litige qui oppose son groupe au Centre hospitalier sud-Francilien (CHSF), dans le cadre du Partenariat public-privé (PPP) qui les lie.

C’est au détour d’une question sur les dossiers en « litige » du groupe de construction Eiffage que Pierre Bergé, le PDG de l’entreprise, a annoncé aux Echos être prêt à « amender à l’amiable » le contrat de PPP. « Il semblerait (…) que les restrictions budgétaires ne permettent plus d’honorer le loyer annuel prévu sur trente ans » a indiqué le leader d’Eiffage, ajoutant que son groupe était « d’accord pour diminuer ses prestations afin d’abaisser le niveau du loyer », estimé à 45 millions d’euros par an à la charge du CHSF.

Alors que la direction de l’hôpital est en négociation depuis début 2013 sur des modifications de ce Bail emphytéotique hospitalier (BEH), concernant la partie maintenance et exploitation du bâtiment, les organisations syndicales entendent continuer à dénoncer les décisions de restrictions budgétaires au sein des différentes unités hospitalières. Un droit l’alerte a ainsi été déposé au coeur de l’été dans le service d’Endocrino-Diabétologie.

A lire sur Essonne Info : tous nos articles sur l’hôpital sud-Francilien