The Devil In Me nous envoie à l’hôtel des slashers – fait revenir les cauchemars de Saw

The Devil In Me associe Saw à l’horreur interactive. Nous avons joué pour vous au quatrième volet de l’anthologie Dark Pictures à la gamescom 2022.

Guildford, Grande-Bretagne – En route pour l’hôtel de la mort. The Devil In Me de Supermassive Games devrait nous donner des sueurs froides en novembre. Nous avons eu l’occasion de jouer à ce jeu d’horreur à la gamescom 2022 et nous vous expliquons pourquoi la série Saw nous est revenue en tête.

The Devil In Me : Beaucoup de Saw – mais les victimes sont sur le qui-vive

Avec The Devil In Me, Supermassive Games propose un nouveau morceau de l’anthologie The Dark Pictures (une collection de jeux du développeur), avec lequel les Britanniques veulent s’assurer un grand chapitre dans l’histoire des jeux d’horreur. The Devil In Me est le quatrième opus de la série, après Man of Medan, Little Hope et House of Ashes.

the-devil-in-me-fumée-squelette

Le concept derrière l’anthologie de Dark Pictures peut être facilement résumé comme un « film d’horreur interactif ». Seul ou en coopération, nous contrôlons des personnages désespérément livrés à eux-mêmes, au choix des adolescents, des soldats ou, dans le cas du nouveau venu, une équipe de tournage, à travers une intrigue pré-esquissée et essayons – selon notre degré de sadisme – de sauver nos protégés ou de les laisser courir à leur perte sans pitié,

Il en va de même dans The Devil In Me : le jeu nous met constamment face à des choix épineux, de sorte que nous tenons toutes les ficelles du destin des personnages. De plus, nos réflexes influencent ce qui se passe avec les clichés de films d’horreur ambulants que Supermassive nous met sous le nez.

En termes de gameplay, les quick-time events sont toujours le pain et le beurre de l’anthologie Dark Pictures. Il suffit donc d’appuyer sur une mauvaise touche ou d’empoigner le paquet de chips sans réfléchir pour que le quaterback détesté du lycée voie les radis d’en bas – ou la skateuse super cool que nous voulions absolument sauver. Pas de chance !

The Devil In Me : Tout est en place pour une conclusion réussie de l’anthologie Dark Pictures

The Devil In Me devrait clôturer la première saison de l’anthologie Dark Pictures et se terminer en beauté avec une bonne dose de faux sang. Tout crie au slasher dans le nouveau jeu des créateurs d’Until Dawn. Supermassive s’est en effet inspiré de celui qui pourrait être le premier tueur en série des États-Unis et a créé une histoire autour de lui, qui se situe quelque part entre Saw, The Grudge et n’importe quel film d’invasion de maisons.

Lire aussi:  Gommemode comme mot pour les jeunes en 2022 - Un terme bizarre fait des remous

Il s’agit du Dr Henry Howard Holmes, de son vrai nom Herman Mudgett. À la fin du 19e siècle, il vivait et travaillait comme médecin à Chicago. On estime qu’il y a assassiné plus de 30 personnes. Il a toutefois acquis un statut de culte morbide en tant qu’homme qui construisait une maison entière dans le seul but de torturer et de tuer ses victimes. Supermassive s’attaque à ce mythe de la maison du crime et fait de nous les victimes de Henry Howard Holmes ou de son alter ego.

the-devil-in-me-gruen-rue-killer-chair

L’accroche de l’histoire ne pourrait pas être plus simple : une équipe de tournage de cinq personnes souhaite réaliser un documentaire sur le tueur en série, ce qui n’est évidemment possible qu’en vivant personnellement l’expérience complète de la maison du crime. Un mécène inconnu organise rapidement une nuit dans une réplique du célèbre hôtel de la mort du Worlds Fare et le trip ludique de l’horreur est lancé.

Supermassive s’est également inspiré du célèbre tueur en série pour son nom. Selon la tradition, Henry Howard Holmes aurait reconnu dans ses aveux à ses accusateurs : « I was born with the devil in me » (je suis né avec le diable en moi). Il aurait donc toujours été un tueur en série, le diable étant déjà à ses côtés depuis sa naissance. Une déclaration morbide, même pour un tueur en série. Sur ses traces, on retrouve comme d’habitude un casting de célébrités et de victimes consentantes. On sait seulement que l’actrice Jessy Buckley, nominée aux Oscars, fait partie du casting.

Voici l’équipe complète des damnés de The Devil In Me :

  • Charlie Lonnit : fondateur de la société de production Lonnit Entertainment et force motrice derrière le documentaire d’horreur
  • Kate Wilder : Présentatrice du documentaire sur le tueur en série H.H. Holmes
  • Mark Nestor : cameraman et ex de Kate
  • Jamie Teargan : Responsable de l’éclairage et de l’équipement
  • Erin Keenan : Stagiaire dans la société de production et responsable Audi
Lire aussi:  3 nouveaux jeux de casino en ligne 100% gagnants ! [EXCLUSIF]

The Devil In Me s’attaque au slasher : Saw et The Shining ont servi de modèles

Avec The Devil In Me, Supermassive Games s’attaque donc à nouveau à un genre classique, mais totalement nouveau pour l’anthologie : le slasher. De grands noms comme Shining, Halloween ou Saw ont servi de modèles pour le final, révèle le directeur du jeu Tom Heaton. Le jeu se veut étroit, oppressant et explicitement dégoûtant, avec de nombreux pièges, des pièces cachées et d’autres surprises qui attendent les cinq héros dans la maison du crime.

the-devil-in-me-arm-blood-falled

Mais The Devil In Me aurait également fait évoluer le gameplay, régulièrement critiqué depuis le premier volet. La feuille de route : plus d’interaction avec l’environnement. Le développeur Supermassive promet des énigmes, une multitude de possibilités d’examiner les objets à la loupe et un système d’inventaire pour que nous, joueurs, ayons plus d’influence sur la survie de nos protégés.

Nous n’avons pas encore pu découvrir si les Britanniques ont également imaginé quelque chose de nouveau pour les événements en temps réel controversés. Mais le fait est qu’à chaque nouveau jeu de la série, le gameplay a fait un pas dans la bonne direction – même s’il est assez petit. Pour la sortie en octobre, nous souhaiterions que l’accent soit davantage mis sur la manière dont se joue Dark Pictures Anthology. Car l’histoire, l’atmosphère et les graphismes sont, comme d’habitude, d’un bon niveau.

En tant que fans de la série, la vibe Saw de The Devil in Me nous a également beaucoup plu. Pièges sur pièges, appareils perfides et un adversaire dont on ne sait jamais vraiment s’il est bien réel : avec ces succédanés d’horreur, Supermassive Games fait déjà bouillir le sang dans nos oreilles. Comme d’habitude, il y a des points d’interrogation sur la boucle de gameplay : nous découvrirons la valeur ajoutée réelle des changements ludiques lors de la sortie en novembre. Pour nous, le temps de l’horreur n’arrivera donc jamais assez tôt.

The Devil In Me sortira le 18 novembre 2022 sur PC, PS5, Xbox Series X, Xbox One et PS4.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*