Aperçu de Evil West : Un mélange de genres sauvage nous donne le sourire

Evil West est l’un des points forts de la Gamescom de cette année. Ce mélange sauvage de Far West, de jeu de baston et de Devil May Cry nous a fait sourire.

Cologne – Parfois, on ne sait pas ce qui a manqué dans sa vie, jusqu’à ce que cela nous tombe un jour sous le nez. Evil West a atterri devant nos narines à la Gamescom et c’est exactement ce genre de chose. Le nouveau jeu d’action-aventure du développeur de Shadow Warrior, Flying Wild Hog, mélange les genres comme il se doit et crée un jeu dont on se dit qu’il aurait déjà dû exister. Mais un rappel friendly s’impose : on n’a encore jamais vu quelque chose comme Evil West.

Jessie le renne d'Evil West

Evil West en avant-première à la Gamescom : Par où passe la Tour Sombre ?

Mais commençons par le commencement. Evil West est un jeu d’action-aventure à la Devil May Cry. Mais en même temps, Evil West peut aussi être joué comme un jeu de tir à la troisième personne, donc si vous ne vous laissez pas aller aux influences des jeux de baston de la marque Street Fighter, bien sûr. Et avons-nous déjà mentionné que le tout se déroule dans un Far West avec des éléments d’horreur surnaturels ? Ce qui peut paraître assez sauvage au premier abord prend tout son sens dans Evil West.

Jesse Rentier met son fusil en joue dans Evil West.

Nous ne serions pas surpris que le développeur Flying Wild Hog compte quelques fans de la Tour Sombre. La série de livres du vieux maître Stephen King, qui crache sur le genre, n’a pas seulement servi de modèle pour les éléments de western-horror d’Evil West, mais a aussi renforcé le courage des doigts agiles des programmeurs pour expérimenter et repenser un genre un peu poussiéreux.

Lire aussi:  "Extrêmement condescendant" : Fritz Meinecke se tire une balle dans le pied avec une blague sexiste

Evil West en avant-première à la Gamescom : Permettez ? – Jessie Rentier, chasseur de vampires

Visuellement, Evil West n’ouvre pas les yeux de manière inconditionnelle, mais il est loin de se cacher. Le style artistique très détaillé nous a convaincus lors de la démo de 30 minutes à la Gamescom. Le bref détour par le deuxième niveau du jeu a en outre montré qu’Evil West ne se contente pas de la ville classique des cow-boys. Au cours de la mission, on se rend également sous terre. Une énorme grotte avec une pyramide tournée vers le bas appelle le protagoniste Jessie Rentier.

Jessie Rentier d'Evil West frappe un vampire au visage.

L’os dur est l’un des derniers agents d’une association top secrète de chasseurs de vampires et se met en chasse. Nous n’avons pas pu voir grand-chose de l’histoire d’Evil West lors de notre session à la Gamescom. Il faudra donc attendre la version finale d’Evil West, qui sortira le 22 novembre 2022, pour voir à quel point le jeu s’appuie sur sa narration. En attendant la sortie du jeu sur PS4, PS5, Xbox One, Series X et PC, nous vous souhaitons de longues journées et d’agréables nuits – Evil West est à surveiller de près.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*