Au titre du 4ème engagement qu’avait pris François Hollande, les emplois d’avenir se développent, ils vont même s’étendre au secteur du sport, une évolution soutenue par l’Etat et le Conseil général de l’Essonne.

C’est la ministre des sports, de la jeunesse, de l’éducation populaire et de la vie associative, Valérie Fourneyron qui avait souhaité, dès la mise en œuvre des emplois d’avenir, qu’ils s’étendent aux associations sportives, à l’instar de tous les organismes de droit privé à but non lucratif. L’ouverture aux associations sportives doit permettre d’élargir les possibilités d’insertion pour les jeunes peu ou pas qualifiés, tout en faisant bénéficier les associations des mêmes avantages que les autres employeurs : une aide de l’Etat et du Conseil général, l’embauche d’un jeune motivé, et un appui de la mission locale. L’Etat et le Conseil général de l’Essonne commencent à solliciter les associations souhaitant s’engager dans ce dispositif.

C’est que le secteur offre de nombreuses possibilités en Essonne. Michel Pouzol, député de la 3ème circonscription et conseiller général en charge du sport, prévoit la création d’une cinquantaine d’emplois dans le secteur grâce aux emplois d’avenir. Dans ce domaine le Conseil général s’est voulu précurseur et volontariste, dès la mise en place du dispositif, explique-t-il, « le département a voulu l’appliquer au domaine du sport, afin de permettre aux associations de se professionnaliser, et aux jeunes en difficulté de faire un premier pas dans le monde du travail. »