Une nouvelle évacuation d’un campement rom en Essonne s’est déroulée ce mardi matin. Depuis cet hiver, plusieurs familles s’étaient installées à côté de la gare RER d’Orangis-Bois de l’Epine, le long de la voie rapide.

Il était 7 heures ce mardi matin. Prévenues la veille, les quelques familles habitant à proximité de la gare d’Orangis-Bois de l’Epine ont rassemblé leurs affaires, avant d’être priées de quitter les lieux. Devant les caméras de M6, D8 et France 2, « sept cars de CRS ont été mobilisés pour sept familles » témoigne Laurent Lurton du Secours Catholique de l’Essonne, ce qu’il considère comme « disproportionné » . Les premières familles à s’être installées sur place étaient venues du bidonville proche d’Evry, expulsé en août dernier. Plusieurs autres avaient suivi au cours de l’hiver et des différentes expulsions voisines.

« Personne n’a été en mesure de nous dire si il y a eu un diagnostic social, indique Laurent Lurton, on n’est pas dans l’esprit de la circulaire du 26 août » . Celui qui pointe également le fait qu’aurait du être organisée une « réunion préparatoire » comme le prévoit la circulaire Valls, donne l’exemple d’un père de famille qui a connu ce jour sa douzième expulsion, alors qu’il est intégré et que ses enfants sont scolarisés. Quant au 115, il propose bien une prise en charge, mais pour une semaine seulement et dans un hôtel social de Chelles (77).

Cette évacuation s’est déroulée quelques jours avant la sortie de terre d’un premier « village d’insertion » dans la ville de Ris-Orangis, qui devrait accueillir une douzaine de familles sélectionnées par le Préfet sur des critères d’employabilité.