Le débat a été vif, mercredi 26 juin lors de la séance du Conseil municipal de Palaiseau. Les élus ont planché durant plus de 3H30 sur la révision du Plan local d’urbanisme (PLU), qui prévoit l’installation d’un nouveau quartier de 10 000 habitants dans la zone de Polytechnique. Un débat houleux lors de la séance a mis au jour une ligne de fracture dans la majorité.

Des citoyens palaisiens ont décidé de se montrer lors du conseil municipal pour manifester contre le projet de nouveau quartier. (Mathieu Miannay / EI)

Des citoyens palaisiens ont décidé de se montrer lors du conseil municipal pour manifester contre le projet de nouveau quartier. (Mathieu Miannay / EI)

Les opposants avaient prévenu : ils viendraient se faire voir durant le Conseil municipal de Palaiseau qui se déroulait mercredi 26 juin. Premier point à l’ordre du jour, et le plus attendu, le débat puis le vote sur une révision simplifiée du Plan local d’urbanisme (PLU) de la commune, ouvrant les conditions de l’urbanisation sur le versant est du plateau de Saclay, dans le territoire de la ville autour de l’école Polytechnique. Ce projet, soumis à un commissaire-enquêteur, a donné lieu à une levée de bouclier de la part de plusieurs associations et groupes politiques de la ville.

Un collectif créé pour contester le bien-fondé de cette révision a organisé dimanche 23 juin une manifestation en ville, de la gare à la place du marché. Sous une banderole « Menaces sur la ville » , les membres ont fait participer les passants à une « consultation citoyenne » pour symboliquement dénoncer « le manque de concertation » sur ce projet, selon Michel Rouyer. Cet adjoint au maire écologiste fait partie des plus vifs opposants à la révision du PLU, dont il critique « les conséquences trop importantes » pour la ville.

Le collectif qui regroupe plusieurs partis de gauche, écologistes ainsi que le Modem, demande un moratoire sur cette révision de PLU, mettant en avant le besoin d’une « large concertation » afin de « se donner le temps d’une réelle réflexion citoyenne sereine sur le projet d’aménagement du plateau de Saclay » . Il n’a d’ailleurs pas manqué de le faire savoir au commissaire-enquêteur, qui a recueilli au total pas moins de 127 observations. L’avis que ce dernier a rendu a ainsi été au centre des discussions du conseil municipal. C’est l’élu délégué à l’urbanisme Alain Dubois-Guichard qui rend compte du projet. Celui-ci affirme qu’il y a eu « une prise en compte de l’avis des Palaisiens, effrayés par les hauteurs prévues ». La première mouture prévoyait en effet un îlot central au sein du nouveau quartier où des tours pourraient atteindre 15 étages, soit presque 45 mètres.

Le besoin de logements

Mais c’est sur le bien-fondé de la construction d’un nouveau quartier que les élus ont eu de vifs échanges. « Nous devons loger les gens, sans grappiller de nouvelles terres agricoles » explique l’adjoint pour justifier la densité du quartier. « Vous créez de force une ville nouvelle, cela va contre la qualité de notre cadre de vie, et le projet initial de cluster est dénaturé » lui répond l’élu d’opposition Hervé Paillet. Mais le débat a aussi mis le feu au sein de la majorité municipale, puisque plusieurs élus ont émis des réserves avant le vote. C’est le cas de Joëlle Pinna, adjointe au maire PCF qui choisit de s’abstenir : « je pense aux 1734 demandes de logement en attente, mais il manque des garantis sur les transports et les services publics au sein du nouveau quartier » .

C’est du côté des écologistes que sont venues les plus lourdes charges contre la révision du PLU. « Il est très dommageable que la population augmente de 50%, alors que les questions de gestion des eaux usées, des déchets et les transports n’ont pas été réglées » lance le conseiller municipal Arnaud Deschamps, tandis que l’adjoint Michel Rouyer regrette « qu’une sensibilité politique croit avoir raison contre tout le monde » sur un projet « qui n’était pas dans le programme de 2008 » .

La maire Claire Robillard a tenu à ce que tous les élus qui le demandaient aient la parole. (Mathieu Miannay / EI)

La maire Claire Robillard a tenu à ce que tous les élus qui le demandaient aient la parole. (Mathieu Miannay / EI)

Du côté des socialistes, le groupe majoritaire, des tirs nourris ont émané de plusieurs élus en réponse aux opposants à la révision du PLU. C’est ainsi que François Lamy, l’ancien maire désormais ministre de la Ville, et toujours conseiller municipal, s’est énervé contre « une tromperie » de la part du collectif, puisque selon lui, « il n’y a aucune menace, rien ne va dégrader le cadre de vie actuel » . C’est ainsi qu’il a plaidé pour « un campus urbain, là où les emplois de demain se construisent » . « Il y a une minorité de petits bourgeois, privilégiés, qui ne veulent pas de construction de logements » a-t-il lâché, avant de conclure qu’une « ville qui ne progresse pas, c’est une ville qui régresse » .

David Bodet, élu à Palaiseau et président de l’agglomération du plateau de Saclay (CAPS), s’est lui aussi fâché contre les écologistes, coupables selon lui d’ « apporter la peur » . « Tout le monde veut construire du logement, mais personne ne dit où » a-t-il ajouté, avant d’assurer que « les liaisons de transport entre le plateau et la vallée seront au point » à la livraison du nouveau quartier. Puis de mettre en cause également ses partenaires, à la ville comme à l’agglomération, et s’adressant à l’élu écologiste Arnaud Deschamps : « vous êtes récemment venu me demander de réintégrer l’exécutif, cela veut dire que vous devez voter avec nous ».

Rendez-vous aux municipales

Si la révision du PLU a finalement été adoptée, par 19 voix sur 35, la ligne de fracture existe désormais bel et bien dans la majorité de gauche. « J’ai reçu une lettre de Claire Robillard (la maire), qui me menaçait si je participais à la manifestation » raconte Michel Rouyer, à qui les élus ont demandé de démissionner de son mandat d’adjoint. Celui-ci affirme qu’il le fera certainement après les vacances : « oui je le ferai, mais pas tout de suite car je ne veux pas répondre aux injonctions » .

Alors qu’il avoue avoir vécu « une mandature assez compliquée » avec le PS, l’écologiste se positionne clairement pour les prochaines municipales. Nul doute que l’urbanisme prendra une place importante dans son programme. Avec une révision du PLU? « Oui, ça se fera en partie » promet-il, en insistant sur sa volonté de « faire beaucoup mieux en terme de démocratie participative » . Ce débat donne aussi du grain à moudre à l’opposition de droite, qui se présentera unie derrière le jeune Grégoire de Lasteyrie. Ce dernier critique vivement l’équipe du maire, « qui montre très clairement sa conception de la démocratie » suite à ce conseil municipal agité.

Celui-ci qui se dit « pour l’urbanisation du plateau » critique la taille du quartier, dans lequel selon lui, « il manquera de la place pour le développement du cluster et les transports seront insuffisants » . Les débats sur cette révision du PLU et la création de cette zone d’aménagement autour du secteur de Polytechnique auront en tout cas largement intéressé les Palaisiens, qui se sont rendus nombreux aux réunions publiques sur le projet, et continueront à suivre les discussions lors de la campagne des municipales.