La Coupe d’Asie 2022 sera une fête, même si les Émirats arabes unis la regardent encore une fois depuis les coulisses.

Le bus de retour de Mascate à Dubaï devait être un endroit morose jeudi matin.

Les joueurs de l’équipe nationale des Emirats Arabes Unis ont dû se laisser aller à des pensées plus sombres en contemplant la beauté des montagnes de Hajjar.

Par exemple, comment avons-nous pu laisser passer la chance de participer à un tournoi majeur dans notre propre pays pour la troisième fois en quatre ans ?

La Coupe d’Asie a pris le même chemin qu’en 2018, et le même chemin que la Coupe du monde T20 de 2021.

Quand elle débutera au stade international de Dubaï samedi soir, Wanindu Hasaranga et Rashid Khan seront là.

Un jour plus tard, Babar Azam et Haris Rauf affronteront Virat Kohli et tous les autres noms connus de l’Indian Premier League.

Les stars du football mondial brilleront de mille feux sous les projecteurs de l’anneau de feu. Le spectacle s’annonce captivant d’ici à la finale du dimanche 11 septembre.

Mais, une fois de plus, les principaux joueurs du pays hôte seront des fantômes à leur propre fête.

Il y a quatre ans, c’est Hong Kong qui les a privés d’une place dans leur propre Coupe d’Asie, lors d’une journée orageuse du dernier match de qualification en Malaisie.

Dubaï, Émirats arabes unis - 23 septembre 2018 : Le Pakistanais Babar Azam frappe pendant le match entre l'Inde et le Pakistan en coupe d'Asie. Dimanche 23 septembre 2018 à Sports City, à Dubaï. Chris Whiteoak / The National

Un an plus tard, les EAU étaient la deuxième équipe la mieux classée dans un tournoi qui offrait cinq places pour la prochaine Coupe du monde T20.

Lire aussi:  Basket-ball : Yudai Baba est le meilleur buteur du Japon, qui bat l'Iran et remporte la série.

Celle-ci s’est finalement jouée aux Émirats deux ans plus tard à cause des effets du Covid. Elle s’est cependant déroulée sans les EAU, leurs espoirs ayant été douchés par une crise de corruption qui a depuis vu sept joueurs seniors être bannis.

Cette fois-ci, les Émirats arabes unis étaient l’équipe la mieux classée du tournoi de qualification, avec 11 places de plus que le deuxième meilleur classement, Hong Kong.

Mais une équipe qui avait ronronné la dernière fois qu’elle avait disputé un tournoi T20 à Muscat semblait désormais totalement fracturée.

Leur capitaine a été changé le jour du voyage pour le tournoi. Après une défaite cuisante contre le Koweït, les deux joueurs les plus capés du pays ont été écartés de l’équipe.

Il était douloureux de voir Ahmed Raza et Rohan Mustafa, tous deux anciens capitaines, assis dans le banc de touche avec des dossards de haute visibilité plutôt que dans le feu de l’action.

Ils ont fait partie de l’équipe pendant une décennie, deux joueurs qui ont été internationaux des Émirats arabes unis en tant qu’homme et garçon.

Des camarades de classe nés à trois jours d’intervalle, qui ont eu envie de devenir des joueurs de cricket internationaux en regardant des matchs à six coups de leur école à Sharjah.

Comme il aurait été approprié qu’ils retournent dans leur ville natale pour participer à un tournoi majeur.

Après tout, le Sharjah Cricket Stadium accueille à nouveau une compétition qu’il a créée en 1984.

Le plus ancien stade de cricket du pays accueillera quatre rencontres de la compétition, dont Pakistan contre Hong Kong – plutôt que EAU – le vendredi 2 septembre.

Lire aussi:  Erling Haaland doit attendre pour faire ses débuts à Man City, alors que De Bruyne double la mise face à l'Amérique.
Hong Kong célèbre un wicket lors de sa victoire contre les EAU en qualification pour la Coupe d'Asie à Muscat. Avec l'aimable autorisation de l'ACC

Alors que l’absence de l’équipe locale sera durement ressentie, le retour de la Coupe d’Asie à Sharjah est célébré à juste titre.

Abdulrahman Bukhatir, qui a tant fait pour établir ce sport au Moyen-Orient en tant que fondateur du Sharjah Cricket Stadium, a également joué un rôle central dans le lancement de la compétition.

« L’initiative lancée en 1984 a porté ses fruits et je la considère comme l’une de mes réalisations les plus satisfaisantes », a déclaré Bukhatir la semaine dernière.

Aujourd’hui, le fils de Bukhatir, Khalaf, est directeur général du stade. Il est ravi d’accueillir à nouveau la Coupe d’Asie.

« La boucle est bouclée et nous sommes très heureux d’accueillir à nouveau la Coupe d’Asie en 2022 », a déclaré Khalaf.

« Notre stade est mondialement connu pour battre des records, avoir les meilleurs fans et les finales les plus excitantes et j’imagine que ce tournoi ne sera pas différent. »

L’Inde et le Pakistan s’entraînent à Dubaï

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*