L’opération d’intérêt national Paris-Saclay prend des allures de Sillicon Valley à la française. Elle a été choisie par le CNRS et l’université Paris-Sud comme lieu d’implantation du Centre de Nanosciences et des Nanotechnologies (C2N) en 2017.

L’Essonne devient un pôle national des nanotechnologies, ces sciences désignant l’étude et la fabrication de systèmes mesurés en nanomètres. Avec l’arrivée prochaine du C2N à Paris-Saclay, le département rejoint Grenoble et Toulouse au rang des locomotives françaises en nanotechnologies.

Le C2N est né d’un souhait adressé par le CNRS et l’université Paris-Sud : regrouper le centre de nanosciences et le centre des nanotechnologies en une seule entité. Un regroupement qui devrait permettre d’accélérer la recherche dans ces domaines et d’en améliorer l’application industrielle. De fait, le C2N sera ouvert aux acteurs économiques et industriels afin de créer une émulation réciproque.

Véritable force française au sein de l’Europe, le C2N s’étendra sur 22 000 m2 et accueillera 470 salariés.