Hier soir a eu lieu à Massy la rentrée politique du Modem de l’Essonne. Pour ses traditionnels voeux, la fédération départementale du parti de François Bayrou a tracé ses perspectives pour 2011. Au menu, galette des rois et préparation des élections cantonales, notamment.

C’est à l’espace liberté de Massy que le Modem 91 a choisi d’organiser sa cérémonie des voeux 2011. Tel un clin d’oeil, peut-être, à la volonté affichée du parti centriste de rester « libre » , aussi bien de la droite que de la gauche. En Essonne, cette position devrait être tenue lors des prochaines élections cantonales. Le Modem Essonne déclare en effet, par la voix de sa présidente Daphné Ract-madoux, ne prévoir « aucun soutien » aux candidats de la majorité PS-PCF-PG ou bien à ceux de son opposition départementale UMP-NC-DVD.

Le Conseil départemental du parti a acté la présence ou le soutien du Modem sur 10 des 21 cantons renouvelables. Le Modem présentera ou soutiendra des candidats dans les cantons de Chilly Mazarin, Dourdan, Draveil, Epinay sous Sénart, Evry sud, Grigny, Gif sur Yvette, Massy est, Massy ouest et Orsay. Quant à François Pelletant, conseiller général CAP 21 de Linas, élu en 2004 avec l’investiture Modem, « la question ne se pose pas » cette année, selon la représentante du Modem, qui n’apportera donc pas son soutien au controversé élu.

Un travail avec le Nouveau Centre, le Parti Radical de Gauche et le Parti Radical Valoisien

Lors de ses voeux, Daphné Ract-maroux, la présidente du Modem de l’Essonne, a tout d’abord rappelé la situation tunienne, en soulignant dans cette révolution « le rôle d’internet et des nouveaux médias » . Après avoir fait une référence au best seller de Stéphane Hessel, Indignez-vous, elle a tracé les perspectives de la fédération essonnienne du parti centriste. Au delà des élections cantonales, le Modem souhaite travailler sur le plus long terme, notamment avec les autres partis du centre. C’est ainsi que la responsable essonnienne a indiqué vouloir organiser des réunions ouvertes, par exemple sur l’Europe, en lien avec le PRG, le NC ou le PR.

Tout en précisant que le Modem était le seul parti à pouvoir parler « à la fois au PRG et au Nouveau Centre » , Daphné Ract-maroux a noté que son mouvement ne laissait pas indifférent : « Même si nous avons moins de candidatures qu’en 2008 (ndlr : le Modem avait présenté des candidats sur les 21 cantons renouvelables), le fait que l’on se présente crispe la gauche ou la droite en place dans les cantons » .

Un partenariat avec le PRG pour le Modem, quand le Nouveau Centre travaillera lui pour ces cantonales avec le Parti Radical Valoisien. Ce qui n’a pas empêché Nicolas Roughol, président du NC en Essonne, de venir « en ami » à la cérémonie des ses collègues centristes du Modem.