Le député Tom Emmer écrit une lettre à la secrétaire au Trésor Yellen sur les sanctions « sans précédent » contre Tornado Cash.

Le membre du Congrès américain Tom Emmer, du Minnesota, souhaite obtenir des éclaircissements sur la récente interdiction par l’Office of Foreign Assets Control (OFAC) du mélangeur de crypto-monnaies Tornado Cash.

Dans une lettre adressée à à la secrétaire au Trésor Janet Yellen, M. Emmer indique que la sanction sans précédent du gouvernement à l’encontre de Tornado Cash est unique en ce sens qu’elle a été imposée contre un code « permettant le respect de la vie privée ».

« Nous comprenons que Tornado Cash est simplement le logiciel d’anonymisation déployé sur la blockchain, qui gère tous les jetons qui lui sont envoyés par les utilisateurs d’Ethereum. »

Il précise que les sanctions sont les premières imposées à quelque chose d’autre qu’une personne ou une entité, ce qui pose un problème puisque les adresses blockchain affectées n’ont pas la possibilité de faire appel et de parler pour elles-mêmes.

« Plusieurs des adresses Ethereum de Tornado Cash ne sont pas, à notre connaissance, une personne ou une entité. Il s’agit plutôt d’adresses de contrats intelligents dont le fonctionnement est déterminé exclusivement par un logiciel open-source trouvé sur la blockchain Ethereum.

En d’autres termes, les adresses ne semblent pas être une personne, une entité ou un bien (tous correctement visés par les sanctions) ; il s’agit plutôt d’outils technologiques largement distribués et ils ne sont sous le contrôle d’aucune entité ou personne physique. »

Le législateur a rédigé cette lettre après que l’OFAC a interdit aux Américains d’utiliser Tornado Cash, affirmant qu’il s’agissait d’une menace pour la sécurité nationale en raison de ses liens avec des cybercriminels, notamment le groupe de pirates informatiques Lazarus, soutenu par la Corée du Nord.

Lire aussi:  Le réseau XRP jouera un rôle central dans le futur système CBDC, déclare Raoul Pal, expert en macroéconomie.

Le développeur présumé du protocole a également été arrêté aux Pays-Bas pour blanchiment d’argent présumé.

L’interdiction a incité le groupe de défense des crypto-monnaies Coin Center à envisager de contester la décision de l’OFAC devant les tribunaux, affirmant que l’agence a outrepassé son autorité statutaire en sanctionnant le protocole.

Emmer dit qu’il partage la préoccupation de l’OFAC sur l’utilisation illicite de Tornado Cash, mais note que les personnes respectueuses de la loi utilisent également le service pour anonymiser les transactions légales.

« L’adoption croissante de la technologie décentralisée va certainement soulever de nouveaux défis pour l’OFAC. Néanmoins, la technologie est neutre et l’attente de la vie privée est normale. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*