Rien ne va plus entre le Maire de Courcouronnes (UMP) et son homologue de Linas (Centriste, élu non inscrit). Les deux édiles sont entrés en guerre suite aux manœuvres diverses de François Pelletant pour tenter de prendre la tête de l’Association des maires d’Ile-de-France (A.M.I.F.).

Dans un courrier en date du 22 décembre, les maires membres du conseil d’administration de l’A.M.I.F s’offusquent des méthodes cavalières de François Pelletant, qu’ils considèrent comme un « adepte des coups bas  [et] qui avait déjà tenté, vainement de s’emparer de la présidence de l’A.M.F (Association des Maires de France) puis récemment de l’A.M.I.F (…) en jetant le trouble parmi les élus ». Pour eux M.Pelletant « passe à la vitesse supérieure et continue de semer la confusion en tentant de nuire à L’A.M.F (la vraie !), à ses unions départementales de Maires et à l’A.M.I.F ». Cette missive est signée à l’unisson par des Maires de droite, comme de gauche et démontre l’exaspération de ces élus face aux ambitions démesurées de M. Pelletant.

Les Maires essonniens et franciliens font cause commune contre Pelletant

Parmi les signataires on retrouve pour l’Essonne Delphine Antonetti, Maire de Longpont-sur-Orge (PG), Stéphane Beaudet, Maire de Courcouronnes et Conseiller Régional (UMP) et Sylvain Tanguy, Maire du Plessis Pâté (PS). Les Maires essonniens et franciliens souhaitent à travers ce courrier faire une mise au point, car ils considèrent que F.Pelletant a préféré mettre en avant ses ambitions personnelles au détriment de l’intérêt collectif. Suite à la maladie de l’ancien Président de L’A.M.I.F, Claude PERNES, «  les membres du bureau, (…), puis du conseil d’administration à l’unanimité ont demandé à M.TEULET d’assurer la présidence par intérim ». Suite au décès de Claude Pernes en mai 2010, « ce sont à nouveaux ces mêmes personnalités -toutes tendances politiques confondues – qui ont jugé qu’à 4 ans des élections municipales il était souhaitable de continuer à faire vivre notre Association dans la continuité de ce que Claude avait instauré ». C’est pourquoi ces mêmes élus voulaient « ne pas présenter de candidat et d’entériner en Assemblée Générale cette décision en élisant Michel TEULET Président jusqu’à la fin de ce mandat ». M.Pelletant ne l’entendait pas ainsi et a déposé sa candidature à la présidence de l’association.

Le 18 novembre 2010, c’est Michel Teulet qui est élu Président de l’Association des Maires d’Ile-de-France. Stéphane Beaudet, Vice-Président de l’A.M.I.F.,  regrette « la tentative de déstabilisation » du Maire de Linas, et c’est pourquoi il a demandé au conseil d’administration d’exclure M.Pelletant suite aux « manœuvres plus que contestables ».

François Pelletant ou la volonté de pouvoir…

Rien ne semble arrêter François Pelletant qui décide de créer « l’Association des Maires Franciliens » afin de s’y faire élire et concurrencer l’A.M.I.F. Ce qui lui fait dire sur son Blog qu’« en ce début d’année, la destinée de Linas a croisé celle des communes de l’Ile-de-France. Tout d’abord en Novembre dernier était organisée une élection pour renouveler la présidence de l’Association des Maires d’Ile-de-France (AMIF). J’ai été candidat pour représenter les communes indépendantes des partis politiques. J’ai obtenu un score très satisfaisant proche des 50%.
Puis en décembre, c’est une nouvelle association de Maires, cette fois-ci représentant la totalité des communes d’Ile-de-France qui s’est créée avec pour siège social provisoire, Linas. Cette Association des Maires Franciliens (AMF) m’a élu pour Président avec 78% des voix… Comme on l’imagine, l’émergence de cette nouvelle institution plus rassembleuse que la première et plus légitime puisqu’elle est ouverte de droit à toutes les communes d’Ile-de-France, n’est pas sans provoquer quelques grincements de dents. Mais on n’arrête pas « le peuple souverain qui s’avance ». La démocratie a parlé et les Maires de l’Ile-de-France ont créé, à leur image, une association véritablement représentative. La Nouvelle Association des Maires Franciliens  est en marche dans l’intérêt unique de toutes les communes d’Ile-de-France et Linas en est l’épicentre pour 3 ans. »

Sur son Blog, Stéphane Beaudet dénonce cette « supercherie » !

Pour Stéphane Beaudet, le titre même de l’association pose problème : « “Association des Maires Franciliens” ce qui, ramené aux initiales, donnent AMF, titre évidemment bien connu puisqu’il caractérise l’Association des Maires de France dont il est bon de rappeler que François Pelletant avait déjà tenté de briguer la Présidence il y a quelques temps et s’était royalement gaufré ».
Puis, l’élection de M.Pelletant à la tête de cette nouvelle association lui fait dire que cela « caractérise bien le personnage et la supercherie en général. Il y a à peine 10 jours (ndlr : mi-décembre), les maires ont été informés, par courrier, de la création de cette association qui aura valu des réactions de votre serviteur, du bureau de l’AMIF, mais également du président de l’AMF lui même (la vraie !) Jacques Pelissard.

Dans cet envoi, d’il y a à peine 10 jours, Monsieur Pelletant invite les maires à adhérer et il y annonce la tenue prochaine de l’élection à la présidence de cette entité douteuse […] je serai curieux de savoir :

  • Combien de villes ont réellement intégré cette association ? Autant dire, dans de tels délais, quasiment aucune !
  • Comment se sont organisées ces élections? Dont je ne doute qu’elles soient exemplaires.
  • Outre les 78% dont s’enorgueillit le dorénavant président Pelletant, il me tarde de savoir comment son inconnu de challenger a fait 22%? Lequel n’est pas encore maire à ma connaissance…

Si tout ceci était sincère, quel bel exemple de démocratie, après tout le tintamarre fait le mois dernier lors des élections de l’AMIF, que d’organiser à la hussarde son auto proclamation avant même que des villes aient pu légalement adhérer, et donc voter ; CQFD. »

A travers ces joutes politiques, où les intérêts divergents se font sentir, se trame en arrière plan les élections sénatoriales de septembre 2011. Chacun s’accuse de vouloir avancer ses pions dans la partie d’échec qui se joue pour récolter les voix des élus locaux dans ce contexte électoral. M. Beaudet a annoncé qu’il n’était pas candidat aux sénatoriales sur son blog. M. Pelletant, lui est bien parti pour l’être et il semble travailler à créer son réseau pour l’occasion !