Entre dénonciation des abus du pouvoir et analyse des mécanismes de regroupement des médias, Pierre Carles livre un dernier film qui laisse songeur. Fin de concession interroge le citoyen sur son attente des médias, de leur rôle comme de leurs objectifs.

Mardi soir, au centre Desnos de Ris –Orangis, Pierre Carles, documentariste et auteur, de Pas vu pas pris, film sur la collusion entre médias et pouvoir, a présenté son nouvel opus Fin de concession . Le sujet du documentaire est la concession de diffusion de TF1 accordée à Bouygues en 1987 par François Léotard. Le Ministre de la communication et de la culture de Jacques Chirac, 1er Ministre de la 1ère cohabitation, a approuvé une concession pour une période probatoire de 10 ans à l’opérateur. Depuis, cette convention n’a jamais vraiment été remise en question. De gauche ou de droite, aucun gouvernement n’est revenu sur cette concession depuis lors.

Après diffusion du film et premières impressions, un débat animé a cloturé cette soirée. Un spectateur de la soirée résume la teneur des discussions tenues lors de l’échange entre le réalisateur et la salle : « C’est édifiant quant aux réelles préoccupations de nos élus en matière de démocratie médiatique » . Le film sorti le 27 octobre dernier continue semble-t-il de susciter intérêt et réactions. Fin de concession ne redoreen effet pas le blason de la classe politique actuelle.