En décrochant le label des fabriques de l’art, le collectif d’artistes V3M est ainsi la seule association essonnienne à avoir reçu ce titre. Présentation de ce collectif qui souhaite aider les artistes dans la réalisation de leurs projets en prônant avant tout la mutualisation des services et des savoir-faire.

  • Photo : l’entrée du CAES, où de nombreuses œuvres sont présentes. (Mathieu Miannay/EI)

C’est au cœur du Centre Autonome d’Expérimentation Sociale (CAES) qui jouxte la gare de Ris-Orangis que l’on retrouve les ateliers destinés aux artistes et artisans en tout genre. En trente ans d’existence, ces locaux ont vu défiler de nombreux artistes à l’image des sculpteurs Philippe Björn et Antonin Voisin et du peintre Mickaël Esprin. Ces deux derniers résident encore dans ces lieux. Ils ont ainsi pu réaliser une multitude de projets artistiques. Cela leur a permis de présenter leurs œuvres sur l’espace public à plusieurs reprises, comme notamment à la gare de Massy ou sur la Place Carrée des Halles de Paris. Outre les nombreuses collaborations avec les lycées, les MJC ou encore certaines municipalités, Antonin Voisin et Mickaël Esprin sont membres du collectif d’artistes V3M. Ce groupe vient tout juste de décrocher le label des fabriques de l’art. Ce label doit aider financièrement les associations non institutionnelles afin de soutenir leurs activités culturelles. Une fierté pour ces deux hommes vu qu’ils sont « les seuls à avoir obtenu cette distinction en Essonne », comme le précise Mickaël Esprin.

Un partage des connaissances

Grâce aux subventions (90 000€ sur 3 ans), le collectif V3M souhaitent poursuivre l’action qu’il mène depuis plusieurs années. « Nous voulons par le biais de ce collectif créer un outil de travail pour que les artistes qui ont un projet puissent le développer pour le mieux, assure le sculpteur Antonin Voisin. Nous devons pérenniser cette affaire  ». Ainsi, V3M propose une mutualisation de son savoir-faire et de ses outils de travail à d’autres artistes ayant « des projets clairs et de qualité artistique », explique le sculpteur. Le concept d’aide aux artistes mis en place par le collectif prône également pour l’échange de compétences. « Pour nous, c’est presque du donnant-donnant, confesse Mickaël Esprin. C’est un partage des connaissances entre eux et nous sur de nombreux points, comme sur celui des contacts avec les fournisseurs et d’autres artistes pour pouvoir ouvrir les portes du milieu plus facilement ».

Un lieu plus fonctionnel

Afin de poursuivre ce projet de mutualisation des compétences, Mickaël Esprin et Antonin Voisin désirent créer une matériauthèque grâce aux aides financières octroyées par la région. « Le but est d’aménager notre atelier afin de le rendre encore plus fonctionnel pour la réalisation des projets et pour accueillir les artistes en résidence  », explique le sculpteur. Plusieurs espaces spécialisés sont prévus. Un atelier de peinture a déjà vu le jour. S’en suivra un coin menuiserie et endroit pour la métallurgie. En plus de ces pièces, d’autres espaces sont en cours de construction. Il s’agit d’une bibliothèque dans laquelle un accès à internet et de nombreux livres pourront aider les artistes dans la réalisation de leurs projets. Les deux compères espèrent terminer tous ces travaux durant l’été 2013.

article2