Le sponsor des Jeux de Tokyo accusé de corruption a obtenu une remise de plus de 50 %.

Le détaillant de costumes d’affaires Aoki Holdings Inc. a payé 500 millions de yens (3,7 millions de dollars) pour son contrat de parrainage avec le comité d’organisation des Jeux olympiques et paralympiques de Tokyo, soit moins de la moitié de ce qu’il en coûte à d’autres entreprises pour des arrangements similaires, ont déclaré jeudi des sources bien informées.

Ces révélations interviennent un jour après l’arrestation de Haruyuki Takahashi, un ancien cadre du comité d’organisation des Jeux olympiques de Tokyo qui avait une grande influence dans les milieux sportifs, et de Hironori Aoki, un ancien président du détaillant, ainsi que de deux autres personnes, pour des allégations de corruption.

Aoki a publié une déclaration mercredi à la suite des arrestations, indiquant qu’il coopérerait avec l’enquête des procureurs.

Les sponsors, qui détenaient des contrats avec le comité d’organisation, étaient divisés en catégories distinctes – « gold partner », « official partner » ou « official supporter » – en fonction du montant qu’ils versaient.

Aoki a été classé dans la catégorie des « supporters officiels » pour les Jeux de Tokyo qui se tiendront en 2021, après un report d’un an dû à la pandémie de COVID-19. Les frais standard pour un sponsor à ce niveau étaient d’environ 1,5 milliard de yens, selon les sources.

Les « partenaires d’or » de niveau supérieur ont payé environ 15 milliards de yens.

Il a été découvert qu’Aoki a alloué quelque 250 millions de yens de fonds supplémentaires pour « renforcer les athlètes », dont environ 230 millions ont été transférés à la société de conseil de Takahashi.


Lire aussi:  Rugby : Joseph "excité" par le potentiel de la jeune équipe du Japon

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*