Champion de France de cyclisme sur route en 2009, Dimitri Champion renouait le week-end dernier avec les courses au niveau régional. Fraîchement retiré du peloton professionnel, il garde, néanmoins un fort lien avec son sport. Retour sur une carrière auréolée de succès et sur une reconversion réussie.

article2

  • Photo : Dimitri Champion arborant son maillot de Champion de France gagné en 2009. (JL/EI)

Dimanche 3 mars dernier, Dimitri Champion effectuait son grand retour à la compétition lors d’une épreuve qui se déroulait chez lui, à Montlhéry. C’est presque un retour aux sources pour le coureur de 29 ans. Après en avoir terminé au sein du peloton, le nouveau pensionnaire de l’équipe régionale Peltrax de Dammarie-lès-Lys a débuté une nouvelle carrière et une nouvelle vie.

Commençant tardivement à 17 ans, il intègre successivement les clubs de Sainte-Geneviève-des-Bois, Corbeil-Essonnes, Mantes-la-Ville, puis le Team Vendée U en 2006. « J’ai vite vu que je pouvais vivre de ce sport et je me suis donc donné à 100% pour réussir », résume Dimitri Champion. En accédant à l’antichambre de l’équipe professionnelle Bouygues Télécom, Jean-René Bernaudeau lui offre son premier contrat pro. Les premiers bons résultats ne tarderont pas à arriver.

L’homme des championnats

En six ans de professionnalisme, Dimitri Champion va prendre part aux plus prestigieuses épreuves du calendrier. Il compte notamment trois participations au Tour d’Espagne, une à la classique Liège-Bastogne-Liège, ou encore une sur le Tour de France 2010. Toutefois, la course qui révéla le coureur montlhérien au grand public fut le Championnat de France. Cette épreuve du mois de juin a fait la réputation de Dimitri Champion qui a collectionné trois titres nationaux tout au long de sa carrière. « J’ai été champion de France amateur, du contre-la-montre espoir et sur route professionnel en 2009, explique-t-il, et j’ai fait aussi quelques places de deuxième. C’était une période de l’année où j’étais en bonne condition. Cette victoire reste mon plus beau souvenir sur un vélo ». La suite de sa carrière est plus compliquée. Gravement blessé en chutant lors d’une compétition, il se fracture une vertèbre. « J’ai passé un mois allongé, c’était vraiment horrible ! J’ai eu du mal à m’en remettre d’ailleurs ».

« J’ai décidé d’arrêter de moi-même »

Fin 2012, il refuse la proposition de prolongation de contrat de son équipe du moment, Bretagne-Schuller. Ainsi, il choisit de mettre un terme définitif à sa carrière professionnelle. « Il y a tellement d’exigences, c’est un sport tellement dur physiquement, explique le coureur montlhérien. Mon objectif n’était pas de durer jusqu’à 39 ans, mais de gagner des courses et de m’y mettre à 100%. Je n’avais plus vraiment l’envie ni la forme pour repartir pour une année et j’ai décidé d’arrêter de moi-même  ». Il n’a pourtant pas encore totalement raccroché le vélo. Depuis cette année, il roule pour le compte d’une équipe régionale, le Team Peltrax CS Dammarie-lès-Lys. « Je ne voulais pas arrêter d’une manière nette, admet-il. Dans cette équipe je cours pour le plaisir et je peux transmettre mon expérience aux jeunes ».

À peine son contrat terminé avec Bretagne-Schuller, Dimitri Champion a monté sa société DC Paysage. « Au cas où ma carrière ne marcherait pas, j’avais passé les examens pour devenir paysagiste, nous révèle-t-il. Aujourd’hui, c’est une parfaite reconversion pour moi et ça me plaît ». Son entreprise commence à se faire une clientèle et les affaires tournent bien. Au final, Dimitri Champion n’exprime « aucun regret » concernant sa nouvelle vie qui lui permet « d’être plus souvent en famille ».