Caitlin Long, vétéran de Wall Street, met en garde contre de nouvelles hausses de taux et affirme que la récession est déjà en cours aux États-Unis

Une investisseuse chevronnée de Wall Street lance un avertissement selon lequel la longue bataille de la Fed contre l’inflation n’est probablement pas encore terminée.

Dans une nouvelle interview accordée à Kitco News, Caitlin Long, directrice générale de Custodia Bank, affirme que la Fed va surprendre les gens et continuer à augmenter les taux d’intérêt.

Mme Long explique sa prédiction par le fait qu’elle pense que l’inflation est en train de revenir sur le devant de la scène.

« La FED va continuer à relever ses taux. Je pense qu’elle va surprendre les gens en leur montrant à quel point elle continue à relever les taux pour tenter de maîtriser l’inflation…

Je ne pense pas que le consensus soit correct car l’inflation repart à la hausse. Ceux qui prévoyaient une reprise de l’inflation ont eu raison, au moins à court terme, et des données très intéressantes sous-tendent ce qui se passe ».

Selon M. Long, les entreprises américaines disposent toujours de liquidités abondantes, car elles font jouer la hausse des taux d’intérêt en leur faveur.

« J’ai travaillé avec des trésoriers d’entreprise pendant ma carrière à Wall Street et les entreprises ont bloqué les taux d’intérêt à long terme, de sorte qu’elles empruntent probablement à environ 2 % et gagnent 5 % à 5,25 % sur leurs liquidités en les gardant simplement dans des bons du Trésor ou des fonds du marché monétaire.

Ces grandes entreprises s’enrichissent donc. Elles deviennent plus grandes grâce à leur stratégie de trésorerie très efficace ».

Alors que les grandes entreprises profitent des taux d’intérêt plus élevés de la Fed, M. Long ajoute que d’autres secteurs de l’économie américaine sont déjà en pleine récession.

Lire aussi:  Brad Garlinghouse de Ripple déclare qu'une décision historique met la SEC en échec et appelle à des règles de conduite claires pour les crypto-monnaies.

« [The recession is] se produit déjà dans certains secteurs. C’est déjà le cas sur les marchés du travail, mais il faut reconnaître qu’ils sont très inclinés, très déséquilibrés. Ce que je viens de décrire, ces grandes entreprises qui s’enrichissent, c’est la vieille phrase selon laquelle « les riches ont des actifs et les pauvres ont des dettes ».

Alors que la FED continue d’augmenter les taux, les riches s’enrichissent parce que ce sont eux qui possèdent ces bons du Trésor qui rapportent 5,25 % sans risque à l’heure actuelle ».

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*