Sabir Ali brille dans la grisaille de la tournée des EAU en Écosse.

Les EAU se sont rendus à Aberdeen pour leur tri-série de la Coupe du monde de cricket de Ligue 2 en espérant le meilleur, mais il a dû être difficile de ne pas craindre le pire.

Les cicatrices des tournées passées en Écosse sont nombreuses. L’équipe nationale a disputé huit matches dans ce pays, qu’il s’agisse de T20 ou de matches internationaux d’un jour, et elle les a tous perdus.

Elle n’a toujours pas gagné après trois matches de sa tournée actuelle, et il ne lui reste que le dernier match de mardi contre les États-Unis à jouer.

Ce voyage a été tellement insipide qu’il y a eu presque autant de contrôles de commotions cérébrales pour les batteurs – CP Rizwan deux fois, et Aryan Lakra – que de demi-centuries – Lakra, Rohan Mustafa, et Vriitya Aravind deux fois.

Et pourtant, la tournée n’a pas été une perte sèche. Au moins, elle a permis l’émergence de deux débutants prometteurs.

Lakra a fait 84 après avoir ouvert la batte lors de son premier match international contre les Etats-Unis à Mannofield.

L’introduction de Sabir Ali au jeu international a été moins spectaculaire. À en juger par son comportement timide, il semble que le lanceur rapide gaucher préfère qu’il en soit ainsi.

Le lanceur originaire de Lahore a pris le précieux wicket de Kyle Coetzer, l’ancien capitaine écossais, pour ses débuts contre l’équipe hôte la semaine dernière.

Il a terminé sa journée avec 2-50. Depuis, il a été relégué hors du XI, en raison du retour en forme de Junaid Siddique, mais son capitaine et son entraîneur ont été encouragés par ce qu’ils ont vu.

Sabir a choisi de faire son entrée dans le cricket international à un moment passionnant, les Émirats arabes unis étant potentiellement prêts à participer à la Coupe d’Asie et à la Coupe du monde T20 au cours des prochains mois.

Lire aussi:  Pep Guardiola, l'entraîneur de Man City, déclare qu'Erling Haaland est "un gars avec un talent incroyable".

« Faire ses débuts ici a été un grand sentiment », a déclaré Sabir.

« Cela montre que le dur travail de ces dernières années porte ses fruits. J’étais très fier.

« Maintenant, je veux vraiment essayer de faire cette coupe. [for the Asia Cup and World Cup] et de bien faire pour le pays. »

Originaire de Lahore, Sabir se qualifie pour jouer pour les EAU sur la base de la résidence, ayant déménagé à Dubaï en 2016.

Après avoir joué en Grade 2, cricket de trois jours au Pakistan, il est passé aux Émirats pour travailler avec Mohsin Arif, un entraîneur anciennement basé à Dubaï et qui est depuis retourné dans son pays de Galles natal.

« Je suis arrivé à Dubaï avec un visa de visite, désireux d’explorer d’autres opportunités dans le cricket, et l’entraîneur Mohsin m’a pris sous son aile », a déclaré Sabir.

« A partir de là, j’ai commencé à jouer au cricket domestique. A partir de ce moment-là, j’ai eu la certitude qu’une fois la période de résidence terminée, je pourrais faire partie de l’équipe nationale. [national team] la sélection. »

Ahmed Raza, le capitaine des EAU, a déclaré que Sabir a été un ajout précieux à ses stocks de bowling.

« Il est très calme pour un joueur de bowling rapide, ce qui est inhabituel », a déclaré Raza.

« Il se contente de vaquer à ses occupations. Même si vous voulez qu’il soit dans le visage des batteurs, il ne l’est pas. Il veut juste se concentrer sur ses compétences.

Lire aussi:  Salah et Nunez s'entraînent avec Liverpool avant le match amical contre Man United - en images

« Avoir un gaucher pour la première fois depuis longtemps apporte de la diversité à notre attaque.

« Il n’a pas eu de chance car, après ses débuts, nous n’avons pas pu le sélectionner dans le XI en raison de la composition de l’équipe.

« Mais j’ai trouvé qu’il avait très bien joué, contre une équipe écossaise de qualité. Pour la première fois qu’il jouait loin de chez lui, il a ramassé le premier guichet international de Kyle Coetzer, je suis sûr qu’il s’en souviendra longtemps. »

Les lanceurs rapides gauchers ont été une denrée rare dans le cricket émirien, seuls Manjula Guruge et Mohammed Ayaz ayant exercé cet art pour l’équipe nationale dans un passé récent.

« Avoir un rapide gaucher est quelque chose que nous avons recherché en raison de ce qu’ils peuvent apporter au jeu », a déclaré Raza.

« Beaucoup de gauchers se sont bien comportés à notre niveau de jeu. [Netravalkar] des États-Unis et Bilal Khan d’Oman.

« C’est un angle différent auquel les batteurs ne sont normalement pas habitués. S’il se débrouille bien et continue à s’améliorer, je suis sûr qu’il se montrera digne de sa sélection. »

Le dernier match de la série des EAU, contre les États-Unis, sera diffusé en direct sur icc.tv, à partir de 14 heures.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*