Politique. Ce dimanche et le suivant, les Morignacois se rendent aux urnes afin de réélire la totalité de leur conseil municipal. La raison, une démission en masse de 19 conseillers municipaux en 2012. Explication d’une situation peu commune.

  • Photo : Les 3478 électeurs sont appelés à élire leurnouveau conseil municipal. (JM/EI)

Elue en 2008, Catherine Carrère voit son mandat remis en cause par les démissions de la majorité de sa liste, en octobre dernier. Qu’importe, elle ne souhaite pas renoncer. « Je me suis battue jusqu’à présent. J’ai eu la confiance des habitants pour six ans, donc jusqu’en 2014. J’espère bien pouvoir aller au bout de mon mandat. » Sa liste de l’époque comportait des personnes de différentes couleurs politiques qui ont selon elle tenté d’imposer leurs idées. « Je ne me suis pas laissé manipuler par cette équipe. Ils n’ont cessé de mettre en avant leurs opinions politiques ».

Des intérêts différents

Jean-Gabriel Lainey, l’ancien premier adjoint démissionnaire, livre une autre version des raisons qui l’ont poussé lui et ses colistiers à partir en masse. « On ne pouvait plus travailler avec elle [la maire. Ndlr] ». D’après lui, Catherine Carrère n’agirait pas pour l’intérêt de la commune, en pointant le voisin Etampes. « Notre commune n’a aucun intérêt à être gérée de l’extérieur ». Pour autant, aucun des démissionnaires n’a souhaité se représenter afin d’éviter de donner raison aux rumeurs. « Nous ne nous présentons pas au scrutin car nous voulons mettre en adéquation notre démarche avec nos actes. De plus on nous soupçonnait de vouloir prendre la place du maire ». Les Morignacois devaient choisir dimanche entre trois listes. Les résultats de ce premier (lire notre article) laissent penser qu’une fusion de deux des trois listes pourrait se faire au détriment de la maire sortante, dans un scrutin serré.