Le Real Madrid et le Barcelone trouvent des causes communes alors que la Liga s’apprête à démarrer

A peine le Real Madrid avait-il reçu son quatrième trophée de l’année civile après avoir remporté mercredi la Supercoupe de l’Uefa que son président, Florentino Perez, ne tarissait pas d’éloges sur l’ennemi.

« Barcelone », a déclaré Perez aux journalistes à Helsinki après que Madrid ait battu l’Eintracht Frankfurt 2-0, « est l’une des grandes institutions mondiales. Les voir redevenir ce qu’ils étaient est une bonne chose pour tout le monde, pour le football espagnol et le football mondial. »

Certains madridistas ont grimacé à ces mots, de nombreux barcelonistas les ont écoutés avec méfiance. Mais le fait est que la rivalité la plus légendaire du sport de club se trouve dans une phase très contradictoire. Sur le terrain, Madrid règne en maître et vient de remporter sa quatrième Ligue des champions depuis le dernier triomphe de Barcelone dans cette compétition il y a sept ans. Ils ont pris la tête de la Liga en mai avec une avance de 13 points sur le Barca.

En dehors du terrain, cependant, Perez et son homologue Joan Laporta sont, en privé, aussi proches qu’ils l’ont jamais été au cours de leurs nombreuses années – les deux présidents effectuent un second mandat – à se bousculer pour la suprématie. Ils sont de solides alliés dans la promotion de l’idée d’une Super League européenne séparée. Ils échangent des conseils sur la manière de maximiser le potentiel des marques du club et sur la manière de suivre la puissance financière des superpuissances émergentes du football ailleurs.

Ainsi, lorsque la nouvelle saison de la Liga débutera ce week-end, Perez souhaitera sincèrement que le FC Barcelone, qui rencontre le Rayo Vallecano au Camp Nou, ait respecté les délais pressants et anxieux d’enregistrement des nouveaux joueurs qui ont causé des maux de tête à Laporta ces derniers jours. Les problèmes bien documentés de Barcelone, avec des dettes croissantes et une masse salariale trop importante, risquent d’enfreindre les contrôles budgétaires de la Liga, des mécanismes qui obligent les clubs à respecter un rapport strict entre les recettes et les dépenses. Si les comptes ne sont pas équilibrés, les nouveaux joueurs ne peuvent pas être enregistrés.

Lire aussi:  Daniil Medvedev se prépare à défendre son titre à l'US Open grâce à une victoire "spéciale" au Mexique.

Cet été, le Camp Nou a vu défiler un nombre impressionnant de joueurs talentueux et de haut niveau : Robert Lewandowski, Raphinha, Franck Kessie, Jules Kounde pour n’en citer que quatre. Laporta reconnaît que la dette à long terme du club avait atteint plus d’un milliard d’euros lorsqu’il a été élu à son poste pour la deuxième fois l’année dernière. Mais il a également trouvé de nouvelles liquidités en vendant des participations dans les futurs revenus de diffusion et de merchandising. Il est convaincu qu’après avoir présenté des rendements de plus de 700 millions d’euros pour la vente, entre autres actifs, de 25 % des 25 prochaines années des droits de télévision nationaux du club, toutes ces recrues seront approuvées pour jouer.

En supposant qu’ils le soient, le football espagnol va montrer le genre de statut de superstar qu’il craignait de perdre. La ligue qui, pendant une bonne partie de la décennie, a nourri le duel entre Cristiano Ronaldo et Lionel Messi n’a plus ni l’un ni l’autre. Cet été, Madrid n’a pas réussi à recruter Kylian Mbappé, tandis qu’Erling Haaland a préféré Manchester à l’Espagne.

Pourtant, la Liga est le foyer de Karim Benzema, presque certainement le lauréat du Ballon d’Or de cette année, et maintenant de Lewandowski, dont même Messi, le détenteur, estime qu’il méritait de remporter le dernier. La Liga a un pouvoir d’attraction. Avec Lewandowski, Kessie et Ferran Torres, le Barça a arraché cette année des footballeurs ambitieux aux champions d’Allemagne (Bayern Munich), d’Italie (AC Milan) et d’Angleterre (Manchester City). En juin, Madrid a payé le montant le plus élevé jusqu’à présent dans la fenêtre des transferts d’été pour le milieu de terrain français, Aurélien Tchouameni, à 80 millions d’euros en provenance de Monaco.

Lire aussi:  Marina Rodriguez contre Amanda Lemos ajouté à l'UFC 280 à Abu Dhabi

Madrid, sous la direction du mondain Carlo Ancelotti, commence en tant que favori de la Liga. Mais l’afflux soudain de main-d’œuvre experte de Barcelone, si elle est gérée intelligemment par l’inexpérimenté Xavi, peut s’avérer irrésistible.

L'attaquant polonais de Barcelone, Robert Lewandowski, en action pour son nouveau club. AFP

Ce n’est pas non plus une course à deux chevaux. L’Atletico Madrid, champion à deux reprises au cours des neuf dernières saisons, a peut-être vacillé en 2021/22, mais aucun entraîneur ne sait mieux que Diego Simeone comment cultiver la compétitivité. La signature d’Axel Witsel, le guerrier belge du milieu de terrain, en provenance du Borussia Dortmund, semble être une excellente solution pour l’Atletico.

Au-delà de ce que l’on appelle les trois grands, il y a des inquiétudes quant au maintien de normes élevées. Villarreal a atteint une demi-finale de la Ligue des champions en avril, mais les ressources dont dispose l’entraîneur Unai Emery rendent improbable un défi durable au sommet de la Liga. Séville aborde la saison en ayant perdu, en raison des forces du marché, les défenseurs centraux Kounde et Diego Carlos. Valence, qui a nommé Gennaro Gattuso comme nouvel entraîneur, vient de dire adieu à Goncalo Guedes, meilleur buteur de la saison dernière, en partance pour les Wolverhampton Wanderers.

La Real Sociedad est un candidat sérieux au top 4 et, comme le Real Betis, détenteur de la Copa del Rey, elle s’appuiera sur les talents d’une légende moderne. Le joueur de la Real, David Silva, 37 ans en janvier, conserve sa touche magique, tandis que l’exubérance du joueur du Betis, Joaquin, 41 ans, peut encore illuminer une arène.

Les plus grands transferts de l’été

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*