Social. Au lycée Camille Claudel de Palaiseau, enseignants, élèves et parents protestaient contre la fermeture de la filière STMG du bac technologique. Reçu en délégation au rectorat jeudi 13 décembre, ils ont finalement obtenu gain de cause, l’option mercatique étant maintenue pour le moment.

  • Photo : La filière mercatique a scolarisé près de 1500 élèves depuis la création du lycée Camille Claudel. (DR)

Le recteur de l’académie de Versailles, Monsieur Boissinot, a finalement décidé de ne pas passer en force et d’en rester au statut quo. Le rectorat envisageait en effet de supprimer l’option mercatique de la filière STMG du lycée Camille Claudel de Palaiseau. Après avoir manifesté leur opposition jusqu’à la sous préfecture de Palaiseau le mercredi 5 décembre, enseignants, élèves et parents du lycée étaient reçus en délégation au rectorat jeudi dernier. « Après avoir écouté M. Boissinot nous justifier les nécessités de la modification de la carte scolaire, nous avons expliqué les raisons de notre opposition à la fermeture de la filière » rapporte Patrice Wach, secrétaire SNES-FSU.

Les enseignants du lycée redoutaient notamment que cette fermeture crée des différences entre les établissements, notamment avec le lycée Poincaré de Palaiseau, « ce qui ne pourra se traduire que par une hiérarchisation des lycées dans l’esprit des parents et des élèves » craignait Luc Pornin, professeur de mercatique au lycée Claudel. D’autre part, la construction de 2500 logements sur Palaiseau ne peut qu’entrainer un besoin de places supplémentaires au lycée Claudel. « M. Bossinot n’a jamais trouvé de réponse à ces deux arguments majeurs à nos yeux » raconte Patrice Wach, « en gros, il nous a dit « wait ans see », quand les élèves seront là, il sera temps de réexaminer la situation. Maintenant c’est fini et tant mieux, la scolarité de nos élèves se poursuit dans de bonnes conditions, et il faudra cependant se préparer à un éventuel deuxième round l’an prochain… »