Personnalités ou anonymes, ils ont fait l’Essonne cette semaine. C’est votre rendez-vous sur Essonne Info, toutes les semaines, découvrez les deux Essonniens coups de cœur de la Rédaction.

  • Archive photo : Maud Olivier (au centre) lors d’une conférence de presse pour les élections cantonales de 2011. (DM/EI)

Maud Olivier
Les Ulis, Députée de l’Essonne

Initialement prévu avant Noël, le vote de la loi sur le mariage homosexuel a finalement été reporté à la mi-janvier par le gouvernement, alors que les manifestations pro et anti se succèdent. Ce dimanche, les défenseurs du « mariage pour tous » apporteront leur soutien au projet de loi lors d’une manifestation qui partira de la Bastille à 14h. Un rassemblement auquel se joindra la députée essonnienne Maud Olivier qui suit le sujet de près. « Ce projet de loi est un tel enjeu de société qu’il nécessite que tous les points de vue s’expriment » confie Maud Olivier, interrogée par Essonne Info, « mais je crois que la société est prête à cette égalité des droits dans le mariage ». En Essonne, la section PS de Verrières-le-Buisson et le groupe local EELV organisent ce vendredi soir une rencontre consacrée au futur projet de loi sur le « mariage pour tous » à la salle du Colombier avec le sociologue François de Singly (lire notre article).

Paul Chemetov,
Architecte et urbaniste

Distingué du Grand prix national d’architecture en 1980, Paul Chemetov est notamment à l’origine de la construction du ministère de l’Economie et des Finances à Bercy. Il est également l’architecte d’un immeuble HLM construit en 1983 à Courcouronnes, dans le quartier du Canal. Un immeuble de 80 logements qui est aujourd’hui voué à être détruit dans le cadre de la rénovation urbaine du quartier. En juillet dernier, vingt cinq architectes de renom et des associations de sauvegarde du patrimoine ont signé une pétition pour protester contre la destruction de ce HLM. Paul Chemetov a récemment fait parlé de lui dans une tribune accordée au Monde, le 5 décembre dernier, intitulée « Cessons de démolir des logements habitables ». Une sortie qui n’était pas du gout de Stéphane Beaudet, maire de Courcouronnes (lire notre article).