Société. Reality-Taule raconte le quotidien du bâtiment D3 de la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis. Des détenus y sont parvenus à filmer et diffuser des images de l’intérieur des lieux. Leur ouvrage revient sur ce tournage particulier et les conditions de vie derrière les barreaux.

  • Photo : Fleury-Mérogis accueille les prévenus et les détenus pour courte peine. (GoogleMaps)
Vous vous souvenez certainement de ces images volées, diffusées dans le magazine Envoyé Spécial et depuis visionnées plusieurs centaines de milliers de fois sur internet. On y voyait la vie d’une des plus emblématique prison française, la Maison d’arrêt des hommes de Fleury-Mérogis. Au cours d’un long reportage filmé en caméra amateur, on y découvre le quotidien des pensionnaires du plus grand centre pénitentiaire d’Europe. A voir sur YouTube :

Durant plusieurs mois, deux co-détenus ont élaboré puis mis en place un véritable tournage au sein des différents espaces accessibles aux prisonniers du D3, l’un des blocs formant le complexe carcéral de Fleury-Mérogis. A commencer par les cellules, dans lesquelles la majorité des détenus passent 22 heures de la journée sur 24. Sont abordées les questions de l’espace de vie, l’hygiène, les « activités » qui se résument souvent à la télévision ou la console, ou encore la cuisine. L’alimentation occupe une place importante avec la nécessaire adaptation à l’environnement, la fabrication d’ustensiles de cuisson et l’utilisation de la « cantine » sorte de supermarché interne des prisonniers.

« Une institution qui produit 50% d’échec »

Des thématiques plus lourdes sont également abordées dans le livre, telles que le climat criminogène qui sévit entre les murs de la prison ou encore la question du suicide. Dès les premières lignes de l’ouvrage, le ton est donné : « nous dédions ce livre à ceux qui feront tout pour ne jamais aller en prison et ceux qui feront tout pour ne jamais y retourner ».
  • Photo : Omar Dawson présente Reality-Taule au salon du livre de Grigny, le 6 octobre dernier. (JM/EI)
Le contexte d’écriture de cet ouvrage est très singulier. Militant associatif sur Grigny et membre de l’association GrignyWood, Omar Dawson a en grande partie mis en page les témoignages livrés par les deux co-détenus à l’initiative du film. « On est partis de ce qu’ils nous disaient, et on a enregistré puis retranscris leur histoire » raconte-t-il, en insistant sur le fait que les auteurs « souhaitaient donner leur vision de ce qu’il se passe à l’intérieur, pour que la société se pose des questions sur une institution qui produit 50% d’échec » .

Un projet de mini-série

Au delà du récit sur l’univers carcéral, le livre livre un témoignage pertinent de personnes entrainées dans une certaine spirale de la délinquance. Ne cherchant pas à cacher les causes de son incarcération, l’auteur principal raconte son état d’esprit, « quand on habite un quartier qui se trouve juste à côté de la plus grande prison d’Europe, y’a pas besoin d’être grand pronostiqueurs pour savoir qu’on a de grandes chances d’aller un jour au Club Med«  .
Ecrit en 2009, Reality-Taule est sorti il y a moins d’un an avec un éditeur indépendant. « On a eu des contacts avec plusieurs maisons d’édition, mais elles étaient frileuses à l’époque et il était difficile pour elles de se froisser avec le ministère de la justice » se souvient Omar Dawson, qui ne désespère pas de toucher aujourd’hui une structure qui pourrait procéder à une réédition : « on est ouvert à toutes propositions, sachant qu’on travaille sur un projet de mini-série sur le sujet » . En attendant, le livre est disponible en téléchargement sur le site qui lui est dédié pour 3,08 euros.