Société. Fer de lance de Manuel Valls quand il était encore maire d’Evry, le programme résidentiel Horizon Sud devait incarner le renouvellement urbain de la ville en conciliant qualité des logements, densité et développement durable. Six mois après l’arrivée des habitants, on est bien loin du résultat escompté.

  • Photo : Les nouvelles tours d’Evry-centre symbolisent le renouveau de la ville. (AD/EI)

Avec ses cinq immeubles regroupant 258 appartements et son jardin central, le projet Horizon-Sud avait pour ambition de former « un îlot de bien-être sur la ville ». Six mois après la remise des clés, la formule sonne aujourd’hui comme une très mauvaise blague pour ses habitants. « Les premiers défauts sont apparus très vite, peu après la remise des clés » raconte Ali, président du conseil syndical et propriétaire d’un appartement dans la tour Corail. « On a d’abord pu constater la mauvaise qualité du matériel, de la peinture, du bois, du lino, que ce soit dans les parties communes ou dans les appartements » explique-t-il tout en nous faisant visiter les lieux. Au fur et à mesure, les plus gros défauts apparaissent. Fissures au plafond, moisissures sur les murs, ponts thermiques, infiltrations d’eau, ascenseur en panne, éclairage défaillant, la liste des malfaçons s’allonge au fil des jours. La visite de l’appartement de Sonia, au dernier étage de la tour Corail, est édifiante (lire notre article). « Dans les tours voisines, Ambre et Safran, c’est la même chose, voire pire. Ca ne fait qu’empirer et on peut difficilement mettre ça sur le compte de l’usure. Qu’est ce que ce sera dans six mois, dans un an, dans dix ans » s’inquiète Ali.

  • Diapo : de nombreuses malfaçons ont été constatées par les résidents. (DR)

Une visite non-officielle de Manuel Valls

Face à ce constat, les habitants s’organisent tant bien que mal pour obtenir des explications, que ce soit du promoteur Crédit Agricole immobilier, du constructeur Bateg (Vinci) ou de la mairie d’Evry. « Le promoteur fait tout pour gagner du temps par rapport à la garantie de parfaite achèvement (GPA) qui dure un an. Quant au maitre d’œuvre, il ne veut rien faire, il nous a même dit qu’on l’avait payé pour une quatre chevaux et qu’on lui demandait une Ferrari » raconte Ali. De son côté, la mairie se montre plus conciliante, surtout depuis la visite non-officielle de Manuel Valls sur le site, il y’a de cela un mois. Une semaine après, la mairie envoyait une architecte pour faire le tour des immeubles avant d’envoyer son rapport au promoteur. « Nous nous sommes mis d’accord sur un certain nombre de travaux qui seront à la charge du Crédit Agricole » affirme Marianne Louis, adjointe au maire à l’urbanisme, « certes, le responsable c’est le promoteur, mais c’est surtout l’entreprise Bateg pour le non respect des plans de construction. D’autre part nous avons orienté les habitants concernés vers l’Agence départemental d’information sur le logement (Adil) pour les accompagner dans leur procédure ». Après une première réunion avec l’Adil la semaine dernière, les procédures se mettent en marche. « Nous allons lister l’ensemble des malfaçons et exiger une date de fin des travaux » explique Ali, « passé cette date, on pourra saisir le tribunal et on sera couvert étant donné qu’on a entamé la procédure durant la période de la garantie ». Malgré ça, Ali redoute que les travaux soient bâclés, une nouvelle fois.

Idéalement situé au cœur d’Evry, le programme Horizon Sud symbolisait le renouveau de la ville nouvelle. De tout évidence, les moyens n’ont pas été à la hauteur de l’ambition. Et ce qui devait être un nouveau départ pour ces propriétaires s’est transformé en galère sans nom. A quelques dizaines de mètres, de nouveaux bâtiments sortent de terre. La municipalité prévoit la construction de 1200 logements d’ici 2015–2016. Gageons que l’histoire ne se répète pas.