Un coup de chaleur improbable, mais Kashif Daud se méfie toujours du défi qui attend les EAU en Écosse.

La canicule est toute relative. Avant le début des trois séries de la Coupe du monde de cricket de Ligue 2 à Aberdeen, dans l’extrême nord-est de l’Écosse, le Royaume-Uni a bénéficié d’un temps record.

Lorsque les Émirats arabes unis commenceront leur campagne contre leurs hôtes écossais mercredi, des ambulanciers seront appelés au cas où des membres du public succomberaient à un coup de chaleur.

Et pourtant, alors que les températures atteignaient 25 degrés lors de leur dernier entraînement à Mannofield mardi, un certain nombre de joueurs de la tournée se sont entraînés en pulls et en survêtements.

Après tout, il faisait 20 degrés de moins que ce à quoi ils avaient été habitués avant de faire le voyage en Ecosse pour les séries.

Aberdeen est le lieu le plus septentrional où les EAU ont joué au cricket international. La plupart des joueurs n’ont pas l’habitude de se réveiller avec des températures inférieures à 10°C et de frapper sur des terrains recouverts d’herbe verte.

Pas tous, cependant. Kashif Daud, le joueur de fond des Émirats arabes unis, a joué une saison en tant que professionnel étranger en Écosse en 2015, avant de s’installer à Dubaï pour y travailler comme entraîneur.

Son club, Farooqi CC, est basé à Perth, à environ 90 minutes de route d’Aberdeen – bien qu’il n’ait jamais joué sur ce site.

Daud se dit heureux d’être de retour dans un pays où il avait autrefois envisagé son avenir.

« Rester ici et essayer de se qualifier pour jouer pour l’Ecosse aurait été très différent des EAU », a déclaré Daud.

Lire aussi:  Championnats du monde : McLaughlin mène les États-Unis vers l'or au 4x400m lors d'une dernière journée record.

« A Dubaï, vous pouvez obtenir un visa de travail facilement alors qu’ici il est difficile d’obtenir un visa à durée indéterminée, donc la procédure aurait été longue pour jouer pour l’Ecosse.

« J’ai l’habitude de m’adapter très facilement aux conditions, mais les conditions climatiques à Dubaï sont très chaudes par rapport à l’Écosse. Pour nous, cela ressemble à du beau temps. »

Les EAU auront deux matches internationaux d’un jour contre les États-Unis et l’Écosse au cours des six prochains jours, et Daud se méfie du défi qui l’attend.

« S’il y a un peu d’aide pour les joueurs de bowling rapide, il faut toujours jouer dans le bon canal pour obtenir de l’aide du guichet », a déclaré Daud.

« Si vous jouez trop court, vous serez frappé. L’Écosse et les États-Unis sont deux équipes très équilibrées.

« J’ai été très surpris par les États-Unis car ils ont construit une équipe forte récemment. A l’avenir, ils seront une très bonne équipe.

« Je sais que l’Ecosse est impliquée dans le cricket depuis très longtemps. L’Angleterre et l’Écosse sont la patrie du cricket.

« Si vous parlez à un joueur écossais, il vous donne une bonne connaissance du jeu. L’Écosse et les États-Unis ont tous deux un avenir très prometteur dans le jeu. »

Après la tournée en Écosse, les EAU auront une journée de repos à Dubaï avant de se rendre à Muscat pour les qualifications de la Coupe d’Asie.

Cet événement comporte des rencontres contre l’Inde et le Pakistan, qui précèdent un voyage pour la Coupe du monde T20 en Australie.

Lire aussi:  Le cinq étoiles Shamsi permet aux Proteas de remporter la série de T20 contre l'Angleterre.

« C’est une très bonne occasion pour nous de montrer notre talent », a déclaré Daud.

« J’ai eu la chance de faire mes débuts aux EAU alors que j’étais assez âgé. Beaucoup de mes amis au Pakistan représentent toujours leur état, mais n’ont pas eu la chance de représenter leur pays.

« J’ai eu la chance de venir à Dubaï et de représenter les EAU au niveau international. C’est un grand honneur pour moi. Maintenant, Dubaï est ma maison.

« En ce qui concerne mon âge, je pense que si vous travaillez dur et faites des efforts, vous y arriverez. »

Le partenaire de Daud dans la nouvelle balle, Junaid Siddique, est incertain pour le match contre l’Écosse.

Le leader de l’attaque rapide de l’équipe itinérante a 50 % de chances de jouer après s’être blessé à la cheville lors du deuxième des deux matches de préparation des EAU à Dundee.

L’équipe nationale a gagné et perdu un de ses deux matchs d’entraînement, après être arrivée pour s’acclimater une semaine avant le premier ODI.

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*