Corbeil 2010A quatre jours de l’échéance qui désignera la prochaine équipe municipale de Corbeil-Essonnes, les deux listes présentées aux électeurs sont désormais connues. Après un premier tour marqué par une abstention de 58,15%, et le léger avantage pour la liste conduite par Jean-Pierre Bechter (lire notre article), les corbeil-essonnois auront à se prononcer dimanche dans un duel droite-gauche. Face au maire sortant, Bruno Piriou va tenter de raviver la mairie pour le compte de la gauche.
  • Les deux postulants à la mairie Jean-Pierre Bechter et Bruno Piriou

Hier soir, le dépôt des listes du second tour en préfecture a donné lieu à la connaissance des deux listes qui s’affronteront dimanche à Corbeil-Essonnes. Du côté de la liste de l’union de la gauche, conduite par Bruno Piriou, les candidats repartent pour un second tour, dans le même ordre. A droite, la liste conduite par Jean-Pierre Bechter procède à la fusion avec celle de son ex-adjoint Jean-François Bayle. C’est donc naturellement, malgré quelques discussions avec le tête de liste de la gauche, que le candidat retrouve le chemin de ses alliés politiques.
Jean-François Bayle dispose de six places éligibles dans la nouvelle liste. « Nous aurons trois adjoints et trois conseillers municipaux », indique par téléphone celui qui a réalisé 7.52% au premier tour. Le candidat du premier tour précise que certains points de son programme ont été intégrés dans celui de Jean-Pierre Bechter. Il s’agit de la création d’une maison de la culture lusophone, et de plusieurs points concernant les questions environnementales. Sur le second tour prévu ce dimanche, Jean-François Bayle espère « que les corbeil-essonnois retrouveront le chemin des urnes ».

Un candidat de la liste Bayle « contraint de refuser d’intégrer » l’équipe Bechter

Un bémol est toutefois à souligner dans le cadre de ce ralliement. Le troisième de liste de Jean-François Bayle, Hicham Sbaa, a refusé de participer à l’accord de fusion des deux listes. Dans un communiqué, il a expliqué ne pas trouver son compte, compte tenu de la démarche de sa liste, dans un compromis tel que celui établi avec Jean-Pïerre Bechter : « Je pense qu’il ne sera pas possible de porter le changement et l’alternative dans le cadre de cet accord ».

Si Jean-François Bayle espère reporter ses suffrages obtenus sur un vote Bechter dimanche, il se pourrait que les résultats soient une nouvelle fois plus que serrés. Pour rappel, en 2009, seules 27 voix séparaient le candidat UMP de son rival de gauche d’alors, Michel Nouaille. La réelle réponse résidera donc dans le comportement qui sera adopté par les abstentionnistes du premier tour. Ils étaient 8986, contre 10079 à s’être déplacés l’année dernière.

C’est dans cette optique que s’est exprimé Bruno Piriou, hier, dans un entretien accordé à L’Humanité. Il y appelé à « un véritable sursaut citoyen ». Les militants de sa liste et ses soutiens ont entamé par ailleurs une large mobilisation pour convaincre les habitants de Corbeil-Essonnes d’aller voter. Si, comme attendu, Nathalie Boulay-Laurent décide d’apporter son soutien à la liste de la gauche, cela pourrait convaincre également de nouveaux électeurs de se rendre aux urnes ce dimanche.