Une entreprise perd un procès contre Activision parce que son avocat n’a pas joué à Call of Duty

Un procès autour de CoD : Infinite Warfare a été perdu parce que l’avocat des plaignants n’a pas joué au jeu de tir, contrairement à l’assistance juridique d’Activision.

Santa Monica, Californie – Curieuse histoire en provenance des États-Unis : en principe, on devrait partir du principe que jouer à des jeux vidéo ne devrait pas apporter d’avantages notables dans une procédure judiciaire. Mais comme le montre une plainte déposée aux États-Unis, il pourrait être intéressant pour les avocats de savoir de quoi ils parlent, même en ce qui concerne les jeux vidéo – surtout lorsqu’il s’agit de l’éditeur de jeux Activision. Ainsi, une entreprise aurait pu s’épargner non seulement beaucoup d’argent, mais aussi un énorme camouflet au tribunal. Mais il en a été autrement.

Nom de l’entreprise Activision Blizzard, Inc.
Siège social Santa Monica, Californie, États-Unis
Fondation 09 juillet 2008
Direction Robert Kotick
Nombre d’employés 9.200 (2019)
Chiffre d’affaires 8,09 milliards de dollars (2020)

Call of Duty : plainte contre Activision pour le caractère de CoD

Quel est l’enjeu du procès ? En 2021 encore, Activision Blizzard, l’éditeur derrière la célèbre série de jeux de tir Call of Duty, a été poursuivi en justice par la société Brooks Entertainment. La plainte visait principalement le personnage Sean Brooks de la campagne de Call of Duty : Infinite Warfare. Selon Brooks Entertainment, celui-ci aurait eu, outre son nom, d’autres ressemblances avec leur propre personnage Shon Brooks. Pour faire court, Activision se serait servi sans vergogne de la propriété intellectuelle d’autrui.

Voilà comment l’affaire s’est terminée : Un avocat d’Activision, qui avait pour sa part joué à l’intégralité de la campagne scénarisée d’Infinite Warfare, a pu rapidement réfuter les accusations des plaignants en s’appuyant sur le matériel correspondant du jeu et en précisant qu’en principe aucune des accusations et comparaisons de Brooks Entertainment ne tenait vraiment la route.

Lire aussi:  Knossi : Cauchemars à cause de 7 vs. Wild - Un streamer témoigne de son anxiété

C’est exactement ce qu’a finalement décidé le juge, qui a rejeté la plainte en conséquence. De plus, la partie plaignante a dû payer les frais de justice d’Activision Blizzard, qui se sont accumulés au cours du procès. Mais ce n’est pas la seule expérience douloureuse.

Le capitaine Price, personnage emblématique de CoD, fume un cigare, une main tenant un marteau de juge

Call of Duty : un avocat se ridiculise dans le procès contre Activision parce qu’il n’y a jamais joué lui-même

L’issue du procès plus qu’une défaite : Ce qui a dû faire assez mal, outre la prise en charge des frais de justice, c’est le cuisant camouflet infligé à l’avocat de Brooks Entertainment. Car comme l’a commenté le juge lors de l’énoncé du jugement « l’avocat des plaignants aurait pu facilement vérifier ces faits lui-même avant de lancer cette plainte sans fondement – tout comme le tribunal a pu les vérifier pendant la première heure et demie du jeu ».

Auparavant, l’avocat d’Activision avait déjà souligné qu’au vu des accusations, le conseiller juridique de la partie adverse n’avait apparemment jamais joué à Infinite Warfare (ni même à un quelconque titre CoD) et avait probablement déposé la plainte « au petit bonheur la chance ».

En bref, l’avocat de Brooks Entertainment était apparemment préparé de manière amateur pour le procès, n’avait même pas regardé Call of Duty : Infinite Warfare et n’avait donc aucune idée de ce dont il s’agissait dans la campagne du jeu et de ce qu’il en était réellement du personnage de CoD, Sean Brooks – ce qui semble en soi assez logique et évident pour une plainte contre l’entreprise derrière Call of Duty, même si l’on n’a pas de connaissances en droit.

Lire aussi:  Knossi fait des cauchemars à cause de 7 vs Wild - "Je vais si mal ces derniers temps".

Intéressant aussi : Actuellement, Activision ne fait pas seulement parler de lui avec le nouveau Call of Duty : Modern Warfare 2 ou Warzone 2, mais aussi avec l’accord de plusieurs milliards avec Microsoft, qui reste une épine dans le pied de Sony. Vous en saurez plus ici : Accord à un milliard : Microsoft minimise Activision – Pas de titres incontournables

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*