« Par l’œil du placard . Notre chroniqueur Philippe Pascot s’intéresse cette semaine au Plan de protection de l’atmosphère (PPA) actuellement en discussion pour la région parisienne, et plus particulièrement à l’une de ses dispositions visant à interdire les « foyers ouverts » . Un risque selon lui de voir peu à peu s’éteindre les cheminées et barbecues. Faut-il s’alarmer ?

Eh oui, chers habitants de l’Essonne, en cette année 2012, on préconise d’interdire les foyers ouverts en Ile-de-France, c’est-à-dire de jeter au feu (pas mal celle là !) nos barbecues d’extérieur et nos cheminées de salon.

D’ici peu, il faudra, peut-être, commencer à se faire une raison : Apprendre à se passer de ces petits moments d’intenses bonheurs qui agrémentent nos vies laborieuses et quotidiennes.

Je veux vous parler aujourd’hui de ce qui va peut être disparaître sous peu : la chaleur de l’âtre qui nous permet de goutter à des petits moments de liberté que l’on croyait pourtant immuables. Partie en fumée, l’odeur de la merguez chuintante sur un nid de braises ardentes et rougeoyantes. Carbonisé, le doux parfum frémissant de la bonne grosse côte de bœuf, striée du noir de la grille et venant titiller nos narines de carnassiers. Bientôt finie aussi, la réunion du dimanche, sa tribu familiale autour de soi ; madame bichonne amoureusement les pommes de terre enrubannées d’aluminium pendant que le chef de famille s’affère la fourchette à la main, piquant d’une main experte les andouillettes prêtes à éclater. Terminée la phrase que tout le monde connaît, celle que l’on prononce toujours, entre potes, après un (plusieurs !) petit apéro qui dure, par un beau week-end ensoleillé : «  allez vous resterez bien à manger, j’ai quelques merguez au congel, on se fait un petit barbecue sans chichi !…. »

Viendra bientôt, grâce à l’immense clairvoyance de bureaucrates, le jour pas si lointain, où seuls les anciens pourront nous raconter ce qu’était une soirée devant l’âtre crépitant ; la douce chaleur de la buche qui brûle en pétillant soudainement d’un mini feu d’artifice. Seuls quelques rares privilégiés pourront encore se targuer de la conquête de leur dulcinée devant le feu de cheminée poussé à l’extrême. Ce feu salvateur qui nous permettait de réchauffer nos corps et nos cœurs et participait au déshabillage plus rapide de notre conquête, que l’on pouvait ainsi chavirer, nue et offerte, sur la descente en fourrure posée devant l’âtre rougissant.

Que de souvenirs vont-ils nous enlever là !

Qu’est ce qu’un foyer ouvert ?

Foyer ouvert : Une cheminée est dite à foyer ouvert lorsque son foyer brûle librement le bois sans confiner la combustion pour la ralentir et pour récupérer sa chaleur. Egalement dénommée âtre, cette chambre de combustion ouverte génère une très forte déperdition de chaleur, près de 3/4 des calories produites pas la combustion du bois étant perdues et évacuées dans le conduit de fumée.

Le Foyer ouvert doit donc être considéré comme élément d’agrément ou de décoration mais pas comme système de chauffage efficace.

Bref, vous l’aurez compris : terminés les beaux barbecues en pierre du Portugal, terminées les jolies cheminées que l’on installe à grands frais dans son salon . Cela pollue et il faut y mettre un terme !

Plan de Protection de l’Atmosphère

Ce Plan de Protection de l’atmosphère ( PPA) version juillet 2012 préconise ( entre autres) l’interdiction pure et simple de tous les foyers ouverts .

Ils vont jusqu’à préciser dans la description de la mesure : « l’utilisation des foyers ouverts est interdite, même en cas de chauffage d’appoint ou de flambée d’agrément ». Rien que ça !

Ces braves gens, réunis en conclave dans des salles aseptisées, aux fenêtres hermétiquement closes pour cause de climatisation, ont décidé dans leur costume trois pièces impeccable mais étriqué de préconiser l’interdiction de tous foyers ouverts en Ile-de-France, ce à partir de l’adoption du dit PPA début 2013, par les élus de Paris, petite et grande couronnes.

Pire, les individus sus-cités avaient déjà sévi dans le plan 2005 /2010 en essayant de restreindre nos agapes champêtres aux feux de bois. S’apercevant en 2012 que quelques barbecues et cheminées malveillants existaient encore en Ile-de-France, ils demandent même dans le nouveau rapport un  renforcement de la mesure réglementaire 3 du PPA qui est, d’après eux, «  nécessaire au niveau des sources d’énergie du secteur résidentiel et tertiaire ». Ils suggèrent même d’approfondir l’interdiction à travers une taxe sur les assurances.

Bref, et c’est écrit, PLUS de barbecue ni de cheminée à foyer ouvert (67 % des foyers en Essonne possèdent un des deux). Il faut savoir que le bois de chauffage dans sa totalité sur l’Ile-de-France est le 4eme combustible utilisé (après le gaz, l’électricité et le fioul). Il représente moins de 4% et les barbecues et cheminées dits à type foyer ouvert doivent tourner autour de 2%. On se demande bien pourquoi ils ne mettent pas plutôt le paquet sur les 98% de pollution restante…..

Ils ont voulu graver aux fers rouges, comme un anathème culpabilisant, la petite flambée du soir qui réchauffe la pièce et les cœurs.

Nous aurions préféré et de loin qu’ils se penchent plutôt sur l’interdiction de la flambée des prix, plutôt que nous interdire notre grillade du dimanche.

On marche sur la tête !

Certes, si par malheur cette interdiction est avalisée et appliquée, vous pourrez toujours acheter des inserts sophistiqués et fermés. Vous savez bien, ceux qui , par le plus grand des hasards, vont doubler, voire tripler leur prix. On nous expliquera, bien entendu, que c’est la faute des normes mises en place que les prix augmentent. Viendra aussi le temps des normes qui changent…. et des foyers fermés qu’il faudra changer et repayer…..

Des conseils municipaux, des élus au Conseil Général de l’Essonne ont bien essayé de déposer des amendements à cette « préconisation », mais à l’heure où nous imprimons ces lignes, aucune modification sur le sujet n’a été prise en compte par ce plan de protection. D’autant plus que le département a beaucoup investi dans le développement et l’exploitation de la biomasse et que plusieurs réductions des normes dans ce rapport vont gravement mettre en péril le développement durable mis en place.

A l’heure où un foyer sur deux en Ile-de-France est obligé de restreindre son chauffage (gaz et électricité) ; au moment où l’on nous annonce un hiver rigoureux ; à l’instant où, tous et chacun, essaient, tant bien que mal, de se chauffer comme ils peuvent pour réduire leur facture énergétique (car un foyer sur cinq se trouve en difficulté de paiement pour son chauffage) ; on se demande vraiment pourquoi on préconise l’interdiction des foyers ouverts qui ont pour principal avantage pour les plus pauvres de pouvoir fonctionner avec du bois que l’on peut encore trouver gratuitement…. Cherchez l’erreur !

En plus, dites-moi, si on ne peut plus utiliser de bois, sauf dans des conditions si restrictives et onéreuses, que les populations vont naturellement se tourner vers d’autres moyens comme le fuel, le mazout, le gaz , l’électricité et autres… mais alors cela va augmenter les camions, les risques d’explosions, les fuites de gaz, les nettoyages sauvages de cuves.. ; etc.…

Encore de la pollution ! pour éviter la pollution.
Sûr que les cols blancs y ont pensé dans leur rapport.
Mais c’est pour une autre page, un autre « œil dans le placard »,
Dernier détail : Au fait, on se demande comment les catholiques vont élire leur prochain pape ; ils vont finir aussi par interdire tout ce qui est fumée blanche : trop de pollution !

Sources :

  • Plan de Protection de l’Atmosphère en Ile de France – Juillet 2012
  • Rapport du président du Conseil général (4eme commission aménagement et développement durable)
  • Annexe au rapport 2012–04–0043 du conseil général
  • Compte-rendu séance du Conseil général du 24 septembre 2012
  • Compte-rendu de conseils municipaux de l’Essonne en septembre 2012
  • Schéma Régional du Climat, de l’Air et de l’Energie(SRCAE)