Les trois essonniens de la semaine. Personnalités ou anonymes, ils ont fait l’Essonne cette semaine. C’est votre nouveau rendez-vous sur Essonne Info, toutes les semaines, découvrez les 3 Essonniens coups de cœur de la Rédaction. En lumière cette semaine, un habitant de Limours photographie l’Histoire, un Maire refuse de marier les homosexuels, et un élu se rebelle puis rentre dans le rang.

  • Photo : Pascal Lebrun. (DR)

Pascal Lebrun
Photographe, Limours

Il n’a jamais été le photographe officiel de François Mitterrand, mais dispose pourtant d’une quantité impressionnante de clichés de « Tonton ». Et pour cause, Pascal Lebrun a pris son premier cliché de Mitterrand alors que lui-même n’était qu’un lycéen. S’il a vendu par la suite certains clichés à des revues, notre photographe a vite formé le projet d’exposer, et pourquoi pas de publier un livre de photos consacré à l’ancien Président socialiste. Lorsqu’il évoque ce dessein au Président, celui-ci donne sa bénédiction au détour d’un « Bien, très bien », qui marquera notre photographe, jusqu’à présent. Un vrai beau livre de photos, qui s’ouvre sur une préface touchante de Mazarine Pingeot.  Mitterrand dans l’œil du photographe, cache dans ses pages des photos tantôt solennelles, tantôt intimes, tantôt cocasses, toujours prises sur le vif. On retiendra par exemple le petit somme du Président dans l’avion, ou encore l’envolée du fameux chapeau de Mitterrand lors de son voyage en Chine, le geste délicat mais inutile du Président dans sa tentative de le retenir,  le visage surpris d’un jeune Lionel Jospin. Dans son prologue, Pascal Lebrun raconte particulièrement bien comment il a photographié un homme, photographié un Président, photographié l’Histoire. Un livre véritable coup de cœur de la rédaction.

  • Mitterrand dans l’œil du photographe, Pascal Lebrun. Editions du Cherche Midi. 32 euros.
    En vente à partir du 25 octobre 2012.

Bernard Mantienne
Maire, Verrières-le-Buisson

Conseiller général du canton de Bièvre de 1988 à 2001 et sénateur de l’Essonne suite au décès de Michel Pelchat en cours de mandat en 1994, Bernard Mantienne est actuellement maire de Verrières-le-Buisson, depuis 1983. Membre de l’Union pour un Mouvement Populaire, Bernard Mantienne adhère totalement à la ligne de son parti en ce qui concerne le mariage entre personnes du même sexe. Cette semaine, le Maire de Verrières-le-Buisson, commune du Nord de l’Essonne de près de 16 000 habitants, faisait polémique avec sa lettre ouverte « anti-mariage gay » à l’adresse du Président de la République. Bernard Mantienne y faisait part de son inquiétude face au projet de loi sur le « Mariage pour tous », qui sera soumis au parlement le 31 octobre prochain. Le Maire de Verrières déclare voir dans ce projet de loi, une atteinte à la « famille normale », et annonce d’ores et déjà qu’il ne célèbrera pas de mariage entre personnes du même sexe. Bernard Mantienne expliquait cette semaine à Essonne Info avoir reçu de nombreuses réactions positives suite à ce courrier : «  Il y a une pression terrible, les gens n’osent pas se prononcer, ils sont soulagés que je le fasse et y trouve un certain courage. »

Jérôme Guedj
Député et Président du Conseil Général de l’Essonne, Massy

Président du Conseil Général de l’Essonne, récemment député de la 6e circonscription de l’Essonne, il est la figure montante de l’aile gauche du PS. Une aile gauche désertée et à laquelle on préfère bien souvent la motion 1 majoritaire. Un créneau à prendre pour Jérôme Guedj qui ne change pas de cap et signe la motion 3 « Maintenant la Gauche » à l’instar de Marianne Louis et Olivier Thomas pour l’Essonne. Fervent opposant au Traité Européen en l’état, il vote « contre » lors du vote du 9 octobre 2012 et va ainsi à contre courant de la ligne du Parti Socialiste dont il est membre. Alain Vidalies, ministre délégué aux relations avec le Parlement, a d’ailleurs fait part ce jeudi, de sa « déception » face au vote des 20 députés de gauche (Socialistes, Ecologistes et Communistes) à l’assemblée nationale. « 20 votes « contre », c’est vingt de trop », a-t-il déclaré sur la chaîne parlementaire. Un courage salué au sein de son courant, mais temporaire, puisqu’il vote finalement « Pour » la loi organique qui fait suite au vote du traité concernant son application. Un parcours à suivre.