POLITIQUE > Ce dimanche soir s’est déroulé le premier tour de l’élection municipale partielle de Corbeil-Essonnes. Au sortir d’un scrutin marqué par une faible participation, gauche et droite sont au coude à coude. La liste menée par Jean-Pierre Bechter dispose de deux points d’avance sur son rival Bruno Piriou. Jean-François Bayle, qui ne dépasse pas les 10%, fait office d’arbitre en attendant le dépôt des listes pour le second tour, mardi soir.

Les électeurs corbeil-essonnois ont donc tranché, du moins les 41,84% d’inscrits qui se sont déplacés aux urnes, en ce dimanche 5 décembre. L’abstention, redoutée par tous, atteint en effet un niveau jamais réalisé, avec 8 points de plus que lors du second tour de 2009. En attendant la mobilisation des électeurs dimanche prochain, de nombreux habitants se sont pressés hier soir en mairie pour connaître les tendances de ce vote. Dès 21H30, depuis les permanences de campagne des candidats, les chiffres tombent : il y aura bien un second tour, car aucun des prétendants ne dépasse les 50% des voix.

Bechter en ballotage favorable

Avec 4135 voix et 47,24%, la liste conduite par Jean-Pierre Bechter dispose de deux points d’avance sur son rival de gauche Bruno Piriou. Ce dernier, avec 45,24% et 3958 voix, espère rattraper son retard d’ici dimanche prochain. C’est en ce sens que s’est exprimé la tête de liste de la gauche, sur le parvis de la mairie auprès de ses sympathisants. Devant quelques 150 personnes, il a lancé un appel aux abstentionnistes et aux partisans de Jean-François Bayle. « Une majorité de corbeil-essonnois veut que l’on tourne la page » a déclaré Bruno Piriou. Pour le deuxième tour, il a ajouté vouloir « mener la campagne pour gagner », déclarant avoir déjà obtenu « de nouveaux soutiens » avant dimanche prochain. Carlos Da Silva, troisième de liste et ex-candidat lors du précédent scrutin, a demandé « une mobilisation exceptionnelle pour la semaine de campagne restante » pour faire gagner la liste conduite par Bruno Piriou.

Du côté de la droite, les membres de la liste de Jean-Pierre Bechter se sont montrés satisfaits de ce premier tour. Pour Jean-Michel Fritz, troisième de liste, « il s’agit d’un excellent résultat », qui annonce « la mort politique de M. Piriou ». Plus tard dans la soirée, le tête de liste Jean-Pïerre Bechter a tenu une conférence de presse. « Confiant » sur la victoire à venir, il a parlé d’une « élection clivée », et regretté « la lassitude » des électeurs, ce qui a conduit à une abstention « prévisible ».

Bayle en arbitre, Boulay-Laurent en attente

Aucune des deux listes n’arrivant à 50%, les regards se tournent vers ce que décidera Jean-François Bayle. Le candidat divers-droite a réalisé un score de 7,52%, avec 659 voix. Pour l’ex-adjoint à la municipalité, les discussions vont commencer avec les deux prétendants à la mairie. « J’attends les propositions des uns et des autres » a-t-il ainsi précisé. Le candidat a indiqué avoir eu des contacts avec Bruno Piriou et Manuel Valls, quant à une éventuelle fusion de sa liste avec celle de la gauche. Insistant sur « la réalisation de [son] programme et des moyens d’action », il s’est déclaré ouvert à discussion avec les deux têtes de liste. En guise de réponse, Jean-Pierre Bechter s’est montré serein sur le ralliement de son ex-adjoint à sa liste : « il a été à nos côtés pendant 15 ans, il rentrera dans le rang ».

Présente devant la mairie de Corbeil-Essonnes hier soir, comme pour se rappeler aux bons souvenirs des différents protagonistes, l’ex-adjointe Modem Nathalie Boulay-Laurent a elle mis en avant « les 200 bulletins nuls » de ce premier tour. « Avec l’abstention, cela démontre une certaine forme de rejet du système Dassault/Bechter », a-t-elle déclaré. Avant le second tour, elle a indiqué qu’elle s’exprimerait dans la semaine, et appellerait à voter pour l’un des candidats. Choisira t-elle d’apporter son soutien à la liste conduite par Bruno Piriou? Si l’on en croit sa manière de considérer la situation – « Les corbeil-essonnois en ont marre » – il y a fort à parier qu’elle pourrait donner une consigne de vote en faveur de la gauche avant dimanche prochain