Politique. Le 18 septembre dernier, Jean-Louis Borloo lançait officiellement son nouveau parti, l’Union des démocrates et indépendants (UDI), avec pour ambition de refonder une famille divisée depuis l’éclatement de l’UDF. En Essonne, les membres de ce nouveau parti se réuniront pour la première fois ce vendredi 12 octobre à Morsang-sur-Orge.

  • Photo : Jean-Louis Borloo, le 18 septembre sur TF1. (DR)

Avec ce nouveau parti portant le nom du groupe parlementaire des centristes à l’Assemblée nationale, l’ancien ministre de Nicolas Sarkozy entend bien occuper le centre de l’échiquier politique. Un projet qui a déjà séduit plus de 200 élus signataires du pacte fondateur du parti. Ainsi, l’UDI est le rassemblement de sept formations politiques parmi lesquels on retrouve le Parti Radical Valoisien (PR) et le Nouveau Centre (NC). Si François Bayrou refuse toute alliance entre le MoDem et l’UDI, plusieurs de ces lieutenants ont déjà rejoint le mouvement. C’est le cas de Jean-François Vigier, maire de Bures-sur-Yvette (Essonne) qui garde malgré tout son étiquette MoDem, l’UDI autorisant ses membres à appartenir à plusieurs partis. Parmi les personnalités ayant rejoint les rangs du parti, Hervé Morin (NC) présidera le conseil national, l’ex-ministre Rama Yade, la commission d’investiture et Yves Jégo (PR) sera chargé de la mise en place d’un contre-gouvernement. Une assemblée générale constitutive devrait avoir lieu le 21 octobre et marquera le lancement des adhésions jusqu’au premier congrès statutaire prévu pour mai 2013 avec comme première échéance, les municipales de 2014.

A droite du centre

En Essonne, le lancement officiel du parti aura lieu ce vendredi à Morsang-sur-Orge où se réunira l’ensemble des composantes essonniennes de l’UDI, à savoir le Parti Radical, le Nouveau Centre et l’Alliance Centriste. Pour Marianne Duranton, conseillère générale de l’Essonne (PR), « ce phénomène montre que des partis politiques savent tirer les leçons des échecs de la droite traditionnelle. Ce n’est pas la reconstruction de l’UDF, c’est vraiment plus large, les français nous ont exprimé leurs attentes d’un autre message à droite, j’espère que l’UDI réussira ce pari ». Pas d’ambiguïté donc, l’UDI roule bien à droite du centre. « Jean-Louis Borloo a dit qu’il voulait recomposer et élargir le centre droit, on est pas « ni à droite, ni à gauche », on sait où on habite » lâche la conseillère générale de Longjumeau, en faisant allusion à la stratégie qui a mené François Bayrou à la déroute. C’est donc sur les terres de Marjolaine Rauze (PCF), maire de Morsang-sur-Orge, que l’UDI entamera sa course pour les municipales en Essonne. « Ce n’est pas un hasard si nous allons sur une terre de gauche » conclue celle qui pourrait tenter de ravir la municipalité aux communistes.