Sport. Les Lions de Savigny se retrouvent sans terrain d’entrainement et de jeu, et l’avenir du club de baseball est menacé. Alors que la municipalité souhaite construire une piscine à l’emplacement de leur terrain, la situation semble dans l’impasse.

  • Photo : La saison 2013 de baseball ne se déroulera plus au parc des sports de Savigny (© JM/EI)

Le club n’est pas encore sûr de fêter ses trente ans l’an prochain. Les « Lions de Savigny » sont en effet sans installation depuis le 1er septembre sur décision de la mairie. Ils n’ont plus l’autorisation de jouer, ni de s’entraîner sur le terrain du parc des sports Jean Moulin, situé dans le haut de la ville. Les rencontres des équipes masculines de Division 1 en Elite, et de Nationale 1 sont causes de bris de glace dans les maisons situées au bord du terrain. Les habitants de la rue d’Auerstaedt ont initié une pétition contre les nuisances liées à la pratique du baseball, qui a récolté quelques 200 signatures. Bien lancée, une balle peut atteindre facilement plus de 100 km/h et causer des traumatismes en cas de choc. Les matches de jeunes ainsi que le softball, pratiqué avec une balle plus molle, ne présentent généralement aucun danger et pourraient être transférés ailleurs dans la commune. Cependant, ce sont les trois quarts du projet du club, l’un des plus importants en France, qui sont menacés si une solution n’est pas rapidement trouvée.

« Une équipe de niveau international »

La fédération française de baseball reste lucide et indique que « le baseball reste un sport assez confidentiel en France, pratiqué par des passionnés » . Elle rappelle que « Les Lions sont l’un des clubs les plus importants du championnat national » en évoquant le palmarès de l’équipe essonnienne. L’équipe a remporté cinq titres de Champions de France entre 1998 et 2004 et six titres de Vice-Champions, dont les derniers en 2009 et 2010. Le président des Lions, Philipe Denis est pourtant inquiet quant au devenir du club : « aujourd’hui, nous possédons une équipe de niveau international, présente sur la scène européenne, et tout est remis en question ». Le terrain du parc des sports est le seul qui est homologué pour la Division 1 en Essonne et Philipe Denis sait que « Si une solution n’est pas trouvée d’ici un mois, nos joueurs commenceront à aller voir ailleurs ». Trois joueurs et Pierrick Lemestre, l’entraineur des Lions, évoluent actuellement en équipe de France, et d’autres sont venus du Japon pour jouer aux Lions, preuve de l’importance de ce club dans le paysage du Baseball français.

  • Photo : Un quartier pavillonnaire se trouve derrière les filets du terrain de baseball (© JM/EI)

Un fond politique

Du côté de la municipalité, le devenir du stade reste flou. Au cabinet de la maire Laurence Spicher-Bernier, on assure tout d’abord qu’il « n’y a aucun projet sur cet emplacement » , puis concernant la volonté d’implanter une piscine sur les lieux (lire notre article), on explique que le parc des sports possède « d’autres emplacements où il n’y a rien ». La construction d’un centre aquatique est actuellement à l’étude et l’appel d’offre disponible sur le site internet de la mairie. L’actuel stade de baseball pourrait bien être désigné pour l’accueillir au détriment des 150 licenciés du club. Seule certitude pour le moment, la mairie ne veut plus voir jouer les équipes séniors et juniors de base-ball sur ce terrain. « Cela fait deux ans qu’il y a un problème de voisinage » explique-t-on, « nous ne pouvons pas attendre qu’un enfant se prenne une balle en pleine tête » . Le président des Lions Phillipe Denis tente par tous les moyens de touver un compromis et étudie « la possibilité de rehausser les filets de protection situés près de la résidence » mais déplore d’être « mis à l’écart des discussions concernant l’avenir du terrain », comme lors d’une commission technique jeudi dernier. Les Lions peuvent être assurés dans cette affaire du soutien de la fédération ainsi que de la population, une pétition pour sauver le club circule actuellement et a déjà réuni 2000 signatures. Au département, subventionneur des Lions, le conseiller général chargé des sports Michel Pouzol se dit « surpris de cette décision » et « choqué qu’on essaye de déloger cette équipe » . Le club participe activement à la vie associative de la commune, et mène des actions auprès des jeunes et dans les écoles. Sa disparition serait une vraie perte dans le paysage sportif essonnien.