Politique. Ce lundi, le préfet de l’Essonne Michel Fuzeau s’est rendu à la séance publique du conseil général pour y présenter le rapport d’activité des services de l’Etat de l’année 2011. Parmi les points évoqués, l’accueil des ressortissants étrangers, la refonte de l’intercommunalité et l’avancée sur les logements sociaux.

  • Photo : la discussion entre les élus et le préfet s’est poursuivie toute la matinée (© QB/EI)

« Arrêtons de véhiculer des idées fausses. Sur internet, lorsque l’on tape préfecture d’Evry on ne parle que des files d’attentes nocturnes, mais ce n’est plus le cas aujourd’hui » constate Michel Fuzeau. En octobre dernier, la préfecture d’Evry dégringolait en avant dernière position du palmarès d’efficacité des préfectures en matière de délivrance de titres. « Les mauvais résultats étaient conjoncturels » selon le préfet, faisant référence à la réorganisation des services préfectoraux entamée en 2010, dans le cadre de la révision générale des politiques publiques (RGPP). Depuis, « un grand nombre de mesures ont été mises en place pour renforcer le service d’accueil  » assure le préfet. Ainsi, l’amélioration du site internet, les notifications par SMS et la mise en place de rendez-vous téléphoniques auraient permis de réduire le temps de délivrance d’un passeport de vingt-trois jours en 2011 à onze jours en 2012. « La situation est redevenue normale » se félicite-t-il, avant de saluer les agents de la préfecture ayant « travaillé les samedis pour rattraper le retard ».

Intercommunalité, « une optimisation sous contraintes »

Face aux conseillers généraux, Michel Fuzeau est également venu présenter le schéma départemental de coopération intercommunale adopté par la CDCI le 17 février dernier. « Nous sommes aujourd’hui dans la dernière ligne droite de la réforme des collectivités territoriales » a t’il déclaré. Ainsi, la commune des Ulis se voit enfin rattachée à la communauté d’agglomération du Plateau de Saclay après plusieurs demandes. Longpont-sur-Orge rejoint la communauté d’agglomération du Val d’Orge. De son côté la communauté d’agglomération Europ’Essonne s’élargit jusqu’à Linas et Marcoussis mais perd Morangis et Savigny qui rejoignent les Portes de l’Essonne. Au sud, vingt-cinq communes ont été réparties entre la Communauté de commune de l’Etampois (+16) et celle de la Vallée de l’école (+9). De nombreux élus ont dénoncé un manque d’ambition dans cette refonte. De son côté, Michel Fuzeau préfère parler d’une « optimisation sous contrainte, compte tenu des règles à respecter ».

Logement social, « une dynamique positive »

Autre point évoqué par le préfet lors de ce traditionnel bilan, l’évolution de la politique de la ville en Essonne. Dans le cadre de la loi relative à la solidarité et à la rénovation urbaine (SRU), soixante-dix communes du département (celles de plus de 1500 habitants) doivent répondre à l’obligation de disposer d’un pourcentage d’au moins 20% de logements sociaux. « Actuellement, quarante-quatre communes sont encore sous le seuil minimal » précise Michel Fuzeau qui observe malgré tout « une dynamique positive ». Parmi les vingt-six bons élèves, dix-sept communes dépassent même les 25% de logement sociaux. « Preuve que le seuil des 25% n’est pas inatteignable » constate le préfet tout en précisant qu’une loi en cours au parlement prévoit un durcissement des sanctions contre les communes ne respectant pas leur obligation.