Politique. Comme le laissaient penser les résultats du premier tour de l’élection cantonale partielle de Ris-Orangis dimanche dernier, Stéphane Raffalli (PS) a été élu conseiller général. Mais l’abstention reste très importante, à hauteur de 81,46%.

  • Photo : passage de témoin hier soir, entre Thierry Mandon et le nouveau conseiller général de Ris-Orangis, Stéphane Raffalli. (© DM/EI)

Avec 72,39% de votes exprimés en sa faveur, Stéphane Raffalli savoure une victoire avec la manière. Pourtant cette semaine encore le contexte vient obscurcir le résultat. La participation à peine meilleure que la semaine passée (18,54% ce dimanche contre 18,30 auparavant) pose la question de la légitimité de cette élection. On peut même remarquer que le nombre de suffrages exprimés est en deçà de celui du 9 septembre à la faveur d’un plus grand nombre de votes blancs : 2 776 suffrages exprimés cette semaine contre 2849 la semaine passée. Ainsi quelque part, « le premier parti de Ris-Orangis, ce sont les abstentionnistes », souligne Pierre Nègre, le candidat soutenu par l’UMP.

Un « moment heureux »

Pour autant le nouvel élu ne cache pas son plaisir, profitant d’un « moment heureux ». D’autant plus que l’élection s’est déroulée dans le cadre d’une « démocratie apaisée », les rapports restant cordiaux entre les concurrents du premier et du second tour. Il pense même que de nouveaux votants se seraient déplacés, lesquels ont pris la place des déçus du premier tour qui ne se seront pas déplacés aujourd’hui, permettant la stagnation du taux de participation. Décevant malgré tout face aux intentions de mobilisation affichées au terme du premier tour. On peut également prendre conscience du peu d’intérêt qu’a soulevé la tenue de cette élection avec l’absence d’un représentant du conseil général de l’Essonne à la mairie de Ris-Orangis, même si Stéphane Raffalli dit avoir joint Jérome Guedj et ses adjoints au téléphone.

Une nouvelle plate-forme pour la droite et le centre

Pierre Nègre (UMP), candidat malheureux de ce second tour, « félicite chaleureusement Stéphane Raffalli pour sa victoire ». A titre personnel il se satisfait malgré tout de ces deux semaines d’élections qui ont souligné « la validation d’une plate-forme électorale de rassemblement de la droite et du centre ». Validation par les chiffres avec près de 30% de suffrages exprimés en sa faveur, et validation par les instances de l’UMP, comme le souligne la présence cette semaine sur le marché de Ris-Orangis de Serge Dassault, sénateur UMP, pour soutenir sa candidature.

Stéphane Raffalli prendra officiellement ses fonctions de conseiller général du département le 24 septembre lors de l’assemblée départementale. L’ordre du jour principal sera le bilan des services de la préfecture devant l’assemblée. Le nouvel élu travaillera en « entente cordiale » avec Thierry Mandon, maire de Ris-Orangis, dont il prend le siège au conseil général.