Politique. Alors que François Hollande s’engage sur un agenda visant à « redresser le pays », cinq personnalités essonniennes s’expriment sur Essonne Info. Aujourd’hui, Yoann Simboiselle, animateur fédéral des jeunes socialistes de l’Essonne.

  • Photo : Yoann Simboiselle, 23 ans, animateur fédéral des jeunes socialistes de l’Essonne. (© Mathieu Miannay / EI)

Moi, Yoann Simboiselle, je demande au gouvernement, au nom des jeunes socialistes de l’Essonne, d’agir rapidement contre le cumul des mandats, dès que la commission Jospin aura rendu son rapport. Notre démocratie a besoin de parlementaires qui s’impliquent pleinement dans leurs missions, et qui n’ont donc pas d’autres dossiers lourds à gérer en tant que membres d’exécutifs locaux. Nous souhaitons aussi rappeler qu’à aucun moment dans le programme présidentiel de François Hollande et dans le programme législatif de la majorité de gauche, il n’a été question d’intégrer des exceptions à ce principe de non-cumul. Ainsi, nous souhaitons que le gouvernement applique cette nouvelle règle de la même façon pour les députés et pour les sénateurs, et nous ne sommes pas favorables à une dérogation pour les maires de communes situées sous un quelconque seuil de population ou pour les suppléant (es) de membres du gouvernement. Cela va évidemment avec la reconnaissance d’un statut de l’élu que nous appelons également de nos vœux. Il ne s’agit pas ici de juger de la capacité des élu (es) à remplir les différentes missions qui leur ont été confiées, mais tout simplement d’agir pour la répartition des pouvoirs entre les individus. Nous ne saurions accepter que l’intégralité des mandats électifs d’un territoire soit accaparée par une unique personne.

Mais nous appelons aussi nos amis socialistes à respecter la parole donnée et à s’appliquer ce non-cumul des mandats dès le mois de septembre et ce de façon unilatérale. L’exemplarité exige l’application de cet engagement, pris devant les militants qui les ont fait élire. Dans l’Essonne aussi, nous appelons nos parlementaires socialistes à se mettre en conformité avec cette règle, ainsi que l’a demandé le Premier ministre Jean-Marc Ayrault à La Rochelle le 28 août dernier.