La Russie abandonne son projet de bourse de crypto-monnaies gérée par l’État et se concentre sur la réglementation des plateformes centralisées : Rapport

La Russie aurait renoncé à lancer une bourse d’échange de crypto-monnaies appartenant à l’État et devrait plutôt réglementer les bourses privées.

Selon un nouveau rapport d’Izvestia, le ministère russe des Finances a rejeté l’idée d’établir une bourse nationale de crypto-monnaies, après que l’idée ait été discutée à la fin de l’année dernière.

Selon Ivan Chebeskov, directeur du département de la politique financière du ministère des Finances de la Fédération de Russie,

« Le ministère des finances n’a pas soutenu la création d’une bourse nationale des cryptomonnaies, mais l’idée était plutôt de réglementer légalement la possibilité de créer de tels sites par les entreprises. »

Anatoly Aksakov, chef du comité des marchés financiers de la chambre basse russe, confirme également à Izvestia la nouvelle orientation.

déclare Aksakov,

« Les autorités ont abandonné l’idée de créer une bourse nationale de crypto-monnaies. À la place, très probablement, des règles seront établies pour l’établissement et le fonctionnement de telles structures. »

Aksakov affirme que les bourses aideront les entreprises à effectuer des règlements transfrontaliers et seront probablement confrontées à de nouvelles restrictions, selon le rapport, qui ne nomme pas de bourses spécifiques.

La Banque centrale devrait jouer un rôle clé dans la réglementation des crypto-monnaies.

dit Aksakov,

« La Banque centrale va probablement réglementer le travail des échanges de crypto-monnaies. Et les règles seront écrites dans le projet de loi sur les régimes juridiques expérimentaux. »

Selon Izvestia, les leaders de l’industrie cryptographique soutiennent ce nouveau développement, notamment Oleg Ogiyenko, directeur des relations gouvernementales pour BitRiver, l’une des plus grandes sociétés minières de Russie.

Lire aussi:  Le projet de jeux en cryptomonnaie explose de 185 % en deux semaines, alors que l'écosystème Ethereum de la couche 2 se réchauffe.

déclare Ogiyenko,

« Cela permettra de minimiser les risques d’imposition de sanctions, de cyberattaques sur les infrastructures, et d’éliminer les cas d’abus de position dominante sur le marché. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*