Politique. La sortie nationale du documentaire de Dorine Brun et Julien Meunier sur les élections municipales de 2009 à Corbeil-Essonnes est déjà l’événement de la rentrée. La Cause et l’usage est diffusé cette semaine aux Cinoches de Ris-Orangis.

  • Photo : la campagne est suivie à travers le parcours des différents candidats et de leurs partisans. (DR)

C’était le 30 avril dernier. Lors d’une projection du film aux Cinoches de Ris-Orangis, quelques citoyens et acteurs engagés dans la vie de Corbeil-Essonnes avaient fait le déplacement. A proximité de leur ville était diffusé pour la première fois un documentaire particulier. Celui qui raconte la campagne municipale de 2009, qui verra l’élection de Jean-Pierre Bechter à la tête de la ville.  Ce dernier était adoubé par Serge Dassault, lui-même démis de ses fonctions par la justice après sa réélection de 2008.

Dorine Brun et Julien Meunier sont tous deux originaires de Corbeil-Essonnes, et la coréalisatrice est diplômée du master Image et Société de l’université d’Évry. C’est avec un œil local qu’ils vont filmer cette campagne singulière, en suivant le parcours de plusieurs militants et candidats lors de réunions, opérations de tractage, porte-à-porte et autres collages d’affiches. Pas de commentaires ou d’explications en voix-off, mais un montage de séquences réalisées sur le vif, qui font plonger le spectateur dans un climat local où Serge Dassault et sa fortune sont omniprésents.

« Dassault, du boulot ! »

Plusieurs scènes de ce film sont simplement surréalistes. On y suit par exemple le chemin de l’un des « petits prétendants » à l’élection municipale, tour à tour proche de la gauche et indépendant, avant de rejoindre le camp Dassault entre les deux tours. Une autre scène montre les salariés de l’imprimerie Hélio, alors en lutte, en train de bloquer le centre-ville de Corbeil, puis marcher en cortège derrière le maire en criant « Dassault, du boulot ! » . Discussion a priori extravagante, entre le candidat écologiste Jacques Picard et des jeunes de Montconseil remerciant Serge Dassault de leur payer le permis de conduire. Ou encore cette réunion de quartier au cours de laquelle un débat sur l’emploi se transforme en promesses d’embauche dans le bâtiment.

Après une tournée des festivals et un prix lors de la 34e édition du « Cinéma du réél », la sortie nationale de ce documentaire d’une heure est répercutée par de nombreux médias nationaux. Le Monde, Marianne, Libération ou encore les Inrockuptibles consacrent des articles sur La Cause et l’usage cette semaine.

Interrogée sur cette médiatisation, Dorine Brun confie que l’équipe du film « ne s’y attendait pas » . « C’est un peu surprenant, explique-t-elle, car ce n’était pas gagné, il est resté dans les tiroirs longtemps » . La coréalisatrice voit en ce premier succès la réussite d’un film « qui questionne l’état de la vie politique ». Avant de, peut-être, être diffusé dans de nouvelles salles, La Cause et l’usage est programmé toute la semaine aux Cinoches de Ris-Orangis. La projection de ce dimanche à 18 heures sera suivie d’un débat avec les réalisateurs.

  • En vidéo : la bande annonce du film :