Social. Les parents d’élèves d’une maternelle de Longpont-sur-Orge occupent depuis ce mardi soir les locaux de leur école. De trois classes avec trois maîtresses l’an dernier, l’école comptera deux classes pour une soixantaine d’élèves.

  • Photo : les parents d’élèves remontés décideront des suites de leur mobilisation ce jeudi. (DR)

L’école maternelle Jean-Ferrat a été inaugurée il y a tout juste un an. Et elle est déjà en crise. Ce mardi se déroulait la rentrée des classes, comme pour plus de 255 000 écoliers du département dans le primaire et le secondaire. Il n’aura pas fallu une journée pour que les parents d’élèves de Jean-Ferrat occupent l’établissement de leurs enfants. Ils ont appris ce mardi matin qu’une de leur trois enseignantes ne serait pas reconduite, pour cause de fermeture de classe.

« On vient juste d’enregistrer le soixantième enfant, et d’autres vont suivre », s’insurge la maire de Longpont-sur-Orge Delphine Antonetti, qui explique que le rectorat lui a fixé un seuil de 63 enfants pour l’ouverture d’une troisième classe. Le conseiller général du canton Jérôme Cauet s’indigne, lui, du fait que l »inspection académique « n’a rien voulu savoir » malgré les « relances depuis le début de l’été » . Les parents quant à eux n’ont pas attendu de rencontrer le rectorat, ils se disent « déterminés » à sauver leur classe, et éviter que leurs enfants se retrouvent plus de 30 par classe. La maire de la commune a de son côté écrit au nouveau ministre de l’Éducation Vincent Peillon ce mardi.