Politique. Dans un courrier adressé à la rédaction d’Essonne Info, le préfet de l’Essonne Michel Fuzeau demande la publication d’un droit de réponse, à la suite de la publication d’un dossier sur les files d’attente nocturnes des résidents étrangers devant la préfecture d’Évry.

Le sujet n’en finit pas de faire réagir. Nous vous parlions la semaine dernière de la publication d’un mémoire de droit sur les files d’attente des résidents étrangers devant les locaux de la préfecture de l’Essonne, à Évry. Trois étudiantes se sont penchées sur cette question sensible, en enquêtant notamment au sein du bureau des étrangers. Dans une interview sur ce travail, l’une des coauteures pointait notamment du doigt des dysfonctionnements internes à la préfecture.

Ces affirmations semblent avoir déplu au préfet Michel Fuzeau, qui a fait transmettre à Essonne Info un droit de réponse. Au sujet d’une situation « ni voulue, ni souhaitable » , le préfet remet en cause les observations relevées sur le caractère « déloyal », voire « illégal » des pratiques de ses services. Il parle d’une « méconnaissance préoccupante, pour quelqu’un qui effectue des études de droit, des règles de fonctionnement d’une administration dans une démocratie » .

Un travail universitaire pourtant défendu par le directeur de mémoire des étudiantes, le maître de conférence en droit Serge Slama, qui a confié à Essonne Info que le travail réalisé « avait obtenu une très bonne note » . L’intégralité de ce droit de réponse est disponible ci-dessous

Droit de réponse Essonne Info