Paul Tudor Jones estime que la Réserve fédérale a fini de relever ses taux d’intérêt et prédit une hausse du marché boursier pour la fin de l’année 2023

Le légendaire investisseur Paul Tudor Jones prédit que la Réserve fédérale ne relèvera plus les taux d’intérêt cette année, ce qui entraînera une hausse des marchés d’ici la fin de l’année.

Dans une nouvelle interview accordée à CNBC, Paul Tudor Jones déclare que la baisse de l’indice des prix à la consommation (IPC) – qui mesure l’évolution des prix des biens et des services – et l’imminence d’une récession inciteront la Réserve fédérale à maintenir les taux d’intérêt à leur niveau actuel.

La Réserve fédérale a relevé ses taux d’intérêt à 10 reprises depuis mars 2022 dans le but de réduire l’inflation, ce qui a exercé une pression sur les actifs à risque comme le bitcoin (BTC).

« Je pense qu’ils en ont fini [hiking]. Je pense qu’ils sont finis. Ils pourraient probablement crier victoire maintenant, car si vous regardez l’IPC, il a baissé pendant 12 mois consécutifs, ce qui n’était jamais arrivé auparavant dans l’histoire. L’inflation est donc fortement orientée à la baisse en ce moment ».

Le milliardaire affirme également que les hausses ont amené le pays au point où une récession s’est historiquement produite. Toutefois, il ne prévoit pas que la Fed réduise ses taux tout de suite.

« Il est clair qu’ils doivent être régis par l’inflation sur 12 mois, mais si nous en venons au présent, vous pouvez voir que l’inflation a été en grande partie extirpée du marché. Cela signifie-t-il que nous nous apprêtons à procéder à une réduction imminente ? Non.

Mais il faut considérer les taux d’intérêt un peu comme une chimiothérapie. La chimiothérapie est un poison. Les taux d’intérêt, avec le montant de la dette sectorielle que nous avons entre les consommateurs privés et le gouvernement, nous sommes probablement à des niveaux où nous avons typiquement frappé une récession dans le passé à cause de la taxe sur les intérêts qui pèse sur l’économie. Nous sommes donc à un niveau qui, historiquement, a vraiment ralenti l’économie, et qui, historiquement, a déclenché une récession ».

À la question de savoir s’il aurait soutenu la dernière hausse des taux de la Fed de 0,25 point de pourcentage au début du mois, M. Jones répond qu’il aurait pu être convaincu par l’une ou l’autre solution, car il pense que le marché boursier se portera bien jusqu’à la fin de l’année 2023 et qu’il finira plus haut qu’aujourd’hui.

Lire aussi:  L'avocat général de Ripple répond au discours de Gensler, président de la SEC, sur "Kennedy et les crypto-monnaies".

« J’aurais été 50/50 sur le dernier point. On aurait pu m’en dissuader. J’aurais été réticent à le faire. La seule raison pour laquelle j’aurais peut-être accepté est que je pense que les prix des actions vont continuer à augmenter cette année et que le cycle financier détermine en grande partie le cycle économique. »

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*