Culture. Ce soir, samedi 2 juin, les élèves des ateliers théâtre du lycée Cassin d’Arpajon donnent la dernière représentation de la pièce Charlotte Delbo, une voix qui résiste. L’aboutissement magnifique et sensible d’une année de travail. Réservez vos places avant qu’il ne soit trop tard.

Ne les prenez pas pour des demi-comédiens. Les trente-sept élèves des ateliers théâtre lycéens d’Arpajon (Atlar) jouent avec leurs tripes, s’incarnent dans leurs personnages, leur insufflent la vie, bouleversent qui veut bien prendre le temps de les écouter, de les regarder. Ils sont nombreux, ceux qui pourtant usent le tissu de leur culotte sur les sièges des grands théâtres, à sortir tremblants, pensifs, émus de la petite salle de théâtre du lycée Cassin. Preuve en est, la dernière pièce de l’Atlar consacrée à la vie de Charlotte Delbo. Charlotte, née à Vigneux-sur-Seine, simple dactylographe, devenue résistante, arrêtée et déportée à Auschwitz. Charlotte Delbo, une voix qui résiste, est un témoignage direct de ce que les femmes de ce camp de la mort ont vécu… de plus humain. Ces façons qu’elles avaient de s’épauler, de se réchauffer, de se retrouver le soir dans les dortoirs pour jouer de mémoire Le Malade imaginaire de Molière, de se donner du courage et de lutter, presque corps à corps pour ne pas se laisser happer par le silence désincarnant des êtres résignés. Ne plus parler, c’est déjà mourir. Le silence, c’est la mort. La mise en scène est sobre et efficace. Inutile de chercher les bourreaux. Ils sont physiquement absents. Le simple effroi passant sur le visage des déportées à l’évocation de leurs tortionnaires suffit à les matérialiser. Il fait noir. Il fait froid. La peau est à sang. Les corps font mal.

Au final, la pièce de l’Atlar dirigée par Gabrielle Brun et Sabine Goyat, est l’aboutissement de plusieurs mois de travail. Un travail considérable de documentation et de recherche qui a notamment vu l’intervention de ceux qui ont côtoyé et rencontré Charlotte dans sa vie d’après Auschwitz. Car Charlotte est rentrée et a notamment témoigné à travers une œuvre : Qui rapportera ces paroles ?. Aujourd’hui, c’est fait.

Charlotte Delbo, une voix qui résiste, samedi 2 juin, 20h30, salle de théâtre du lycée René-Cassin, Arpajon. Réservation : 01 60 83 29 09.

En savoir plus sur Charlotte Delbo : http://www.charlottedelbo.org/

En savoir plus sur les Ateliers théâtre lycéens d’Arpajon : http://atlar.fr/