Zoom sur les législatives (3e circonscription). Dans la troisième circonscription de l’Essonne la gauche se verrait bien remporter le siège de député occupé depuis 2002 par Geneviève Colot. La campagne bat son plein dans les villes et villages de cette partie du département, alors qu’à gauche, la tension monte.

  • Carte : la troisième circonscription comprend les cantons d’Arpajon, Brétigny-sur-Orge, Dourdan, Etrechy et Saint-Chéron. (© DM/EI)

Ils sont décidés à la faire tomber. De toutes parts les adversaires de la députée sortante l’attaquent sur son action menée pendant dix ans qu’ils jugent médiocre. « Il faut quelqu’un qui agisse vraiment pour le territoire », lance Michel Pouzol, le prétendant socialiste. Un bilan qui est pour l’intéressée « très bien perçu » sur un terrain où elle bénéficie d’un bon ancrage. Réélue en 2007, Geneviève Colot (UMP) occupe le poste de députée depuis 2002, et elle siégeait déjà sur les bancs de l’Assemblée entre 1995 et 1997.

Cependant la gauche, majoritaire de peu (50,2%) au soir du second tour de la présidentielle sur la circonscription, croit en ses chances. Le candidat PS compte ainsi surfer sur la vague François Hollande pour s’imposer. Mais un autre prétendant à gauche peut venir contrarier ses plans. Steevy Gustave qui porte les couleurs d’EELV se réclame également de la majorité présidentielle (lire notre article).

Le Front de gauche présente de son côté le patron de la fédération du PCF de l’Essonne Philippe Camo. Pour lui il s’agit d’une occasion de profiter du dynamisme lancé par la candidature de Jean- Luc Mélenchon à l’élection présidentielle. Il revendique être le candidat de l’union de la gauche en dehors des « petites affaires ». Il a également souhaité défier Geneviève Colot en l’invitant à débattre avec lui. « Ce n’est pas ma manière de faire de la politique et ce n’est pas productif pour les électeurs », a rétorqué cette dernière.

Le dossier de la BA 217

Tandis que Michel Pouzol, vice-président du département, est élu à la mairie de Brétigny, Philippe Camo et Steevy Gustave y sont adjoints. Ils vont d’abord devoir tous les trois s’imposer sur leur terre, et compter sur leurs soutiens respectifs sur la circonscription, notamment dans les plus grosses communes qui penchent à gauche. A noter que le FN, avec Françoise Andrieu, pourrait jouer les trouble-fête lors de ce scrutin, compte tenu de son score élevé lors de la présidentielle (17,43%) dans la circonscription.

Le futur député est attendu au tournant sur de nombreux sujets par les électeurs de la circonscription, à commencer par le dossier brûlant de la fermeture de la base aérienne de Brétigny et de l’avenir du centre de consultations médicales qui accueille aussi bien civils que militaires. Steevy Gustave souhaite utiliser les hectares libérés pour en faire des maraîchages bio et Philippe Camo propose de réindustrialiser la zone. La plupart des candidats se sont engagés à ne pas laisser dépérir cette zone, à limiter la perte d’emplois et conserver le centre médical.

Nicolas Méary souhaite quant à lui en faire une zone d’innovation. La surprise peut également venir de ce jeune entrepreneur candidat du Centre pour la France (MoDem). Axant sa campagne sur la lutte contre le chômage, le centriste se plaît à rappeler qu’il est « le seul candidat de la circonscription à avoir créé des emplois ». Il espère se démarquer de la député sortante dans cette élection dont il estime que le premier tour constituera une « primaire entre la droite et le centre ».

L’unanimité contre une décharge à Saint-Escobille

L’environnement s’est également pleinement invité dans le débat local, avec la question du projet de décharge à Saint-Escobille. Des citoyens et élus indignés ont interpellé les candidats sur ce projet qui menace de polluer la nappe phréatique de Beauce. Geneviève Colot se place en connaisseuse du dossier depuis plusieurs années et s’engage pour l’annulation de cette implantation. Elle estime de son côté qu’une nouvelle décharge à Vert-le-grand « peut être une solution envisageable ». Philippe Camo prône, lui, une « gestion rigoureuse des déchets », respectueuse de l’environnement en prenant davantage en compte les risques de pollutions. Quant à Steevy Gustave, il souhaite « développer des solutions alternatives qui impliquent le travail des acteurs locaux » , tandis que Nicolas Méary estime qu’il n’est « pas du tout évident que l’on ait besoin d’une nouvelle décharge ».

La défense de l’environnement est aussi une priorité pour la représentante de Debout la République (DLR), le mouvement de l’ex-candidat à la présidentielle et député-maire de Yerres, Nicolas Dupont- Aignan. Pour Sophie Le Goff, la benjamine (vingt-huit ans) des candidats sur la circonscription, la question n’est pas seulement le projet d’implantation à Saint-Escobille d’une décharge à ciel ouvert, c’est aussi « l’habitude des citoyens qu’il faut changer ».

Sont également candidats sur la troisième circonscription de l’Essonne : Laurence Roder-Gryson (NPA), Nadège Boissière (POI), Bernadette Lamiscare (Alliance écologiste indépendante) et Joëlle Lopes-Venot (LO).