Politique. Essonne Info a reçu Farid Ghehiouèche, 40 ans, sans emploi, père de famille et candidat aux législatives dans la huitième circonscription. Ancien militant pendant douze ans chez les Verts, il se présente aujourd’hui sous l’étiquette Cannabis, Santé, Liberté, Justice. Essonne Info dresse le portrait de ce militant de longue date.

  • Photo : Farid Ghehiouèche, candidat pour la légalisation du cannabis, sur la huitième circonscription de l’Essonne. (© DM/EI)

Un candidat pas si ordinaire

A quarante ans, Farid Ghehiouèche est déjà un militant aguerri. Ce père de famille sans emploi se lance dans une nouvelle bataille politique. Après douze ans passés au comité des drogues chez les Verts, il est cette année candidat aux législatives dans la huitième circonscription de l’Essonne. Il aura face à lui Nicolas Dupont-Aignan, candidat à la dernière élection présidentielle et député sortant. «  Je veux mettre le cannabis au centre de la campagne. Mais en France, on ne peut pas parler des applications thérapeutiques bénéfiques. Ce serait aller contre la loi qui interdit de le présenter sous un jour positif », explique Farid Ghehiouèche. Pour faire entendre sa voix, il se lance dans une campagne à zéro euro. Il imprime lui-même ses bulletins et les distribue directement sur les marchés et dans les mairies. « Il y a beaucoup de jeunes qui pourraient se présenter. Mais ils ont peur des formalités administratives obligatoires à réaliser avant de se présenter. On aurait pu présenter mille candidats, issus de la vraie diversité, mais les jeunes n’y croient plus. L’important est de faire entendre sa voix. Alors j’y vais pour défendre, pour montrer la voie », ajoute-t-il.

Il faut encadrer la dépénalisation

Il publie sur son site des doléances recueillies auprès des habitants du Val d’Yerres. Parmi ses propositions, on retrouve le métissage de l’Assemblée nationale, la parité, ou encore la démocratie directe. Santé, liberté et justice sont des termes qui sont au cœur de sa campagne. De nombreuses actions sont prévues avec le soutien du collectif Cannabis Sans Frontières. Père de famille, Farid Ghehiouèche sait que certaines personnes peuvent être freinées par l’image négative que renvoient les drogues dans notre pays. « On est effectivement pour une dépénalisation du cannabis. Mais il faut que cela soit encadré et que ce soit fait avec intelligence. Il existe des pistes : interdire la consommation aux mineurs de moins de quinze ans, développer les applications thérapeutiques, réglementer le commerce et d’autres. Il existe des alternatives à la prohibition et il faudrait les développer », précisait-il. Pour autant, Farid Ghehiouèche ne se fait pas d’illusions au sujet des résultats du vote, mais espère que son message sera entendu. « Ce serait bien d’être présent au second tour pour continuer à défendre mes idées », conclut le candidat à la feuille ciselée.