Seifert mène la Nouvelle-Zélande à une victoire spectaculaire sur le Sri Lanka pour sceller la série T20

Le batteur d’ouverture Tim Seifert, avec ses 88 points, a permis à la Nouvelle-Zélande de battre le Sri Lanka par quatre guichets lors du troisième et dernier Twenty20 international à Queenstown, samedi, et de remporter la série 2-1.

L’assaut brutal de Seifert sur les boulangers sri-lankais au cours de son match de 48 balles, comprenant 10 fours et trois six, a permis à la Nouvelle-Zélande d’atteindre son objectif de 183, mais une dernière manche dramatique, au cours de laquelle trois guichets sont tombés, a assuré une fin de match nerveuse.

Le joueur de 28 ans, dont l’invincibilité de 79 ans avait permis une victoire de neuf guichets dans le deuxième match, a raté son premier siècle en tombant sous les coups de Pramod Madushan à la 17e reprise, alors que la Nouvelle-Zélande semblait à l’aise avec 154 points au tableau d’affichage.

Le Sri Lanka s’est battu à partir de là et alors que la Nouvelle-Zélande avait besoin de 10 points dans la dernière overdose, Mark Chapman a frappé Lahiru Kumara pour un six avant d’être rattrapé à la couverture.

Jimmy Neesham a ensuite été sorti sur la balle suivante et Daryl Mitchell a également quitté le terrain, mais Rachin Ravindra s’est assuré qu’il n’y aurait pas de drame dans le Super Over comme lors du premier match en gardant son sang-froid pour ramener son équipe à la maison.

« Nous avons pris de l’avance sur le nombre de points et il arrive parfois que l’on perde un peu de vitesse », a déclaré Seifert. « C’est un équilibre. L’over que j’ai sorti était celui que nous allions viser pour obtenir 10 ou 20 runs.

Lire aussi:  Ryan Reynolds et Rob McElhenney donnent le pouvoir de transfert au manager Parkinson de Wrexham

« Et nous avons vu plus tard qu’il suffit de quelques guichets pour que l’équipe de bowling revienne dans le match ».

Le pays organisateur avait battu le Sri Lanka lors des précédentes séries de tests et de matches internationaux d’un jour par 2 à 0.

Les ouvreurs Pathum Nissanka (25) et Kusal Mendis (73) ont dû surmonter les difficultés posées par le swing bowling dans les six premières minutes de jeu pour établir une base solide.

Lâché à 10 par Mitchell, le gardien Mendis a puni la Nouvelle-Zélande en 48 balles, avec six fours et cinq six, et a atteint son 12e demi-siècle en compagnie de Kusal Perera (33).

Dhananjaya de Silva et le capitaine Dasun Shanaka ont tous deux pris un bon départ après le départ du duo, mais les touristes n’ont pas été en mesure d’écraser la Nouvelle-Zélande en fin de match et n’ont pas réussi à atteindre un total suffisant pour remporter le match.

« Il nous manquait 10 à 15 runs », a déclaré Shanaka. « C’était le principal manque, du côté des batteurs. La Nouvelle-Zélande s’est très bien débrouillée dans cette série.

Mise à jour : 08 avril 2023, 5:34 AM

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*